Recrutements au Sénégal

Anti-Slavery International recrute 01 Consultant

Anti-Slavery International recrute 01 Consultant

Projet : mettre fin à la mendicité forcée des enfants en Afrique de l’Ouest : Qu’est-ce qui marche ?

Évaluation finale externe: Termes de référence

Durée de la mission : Mission de consultance de 21 jours

Les partenaires : RADDHO (lead), ENDA, ANTD, Anti-Slavery International

Anti-Slavery International (ASI) recherche un(e) consultant(e) pour mener l’évaluation finale d’un projet multi-pays au Sénégal, Niger et Mali. Mené en partenariat avec RADDHO, ENDA, et ANTD et Anti-Slavery et financé par Voice Global, ce projet interdépendant vise à contribuer à une meilleure compréhension des pratiques de mendicité forcée des enfants dans la sous-région.

1. Contexte

1.1. À propos de la RADDHO

La Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO) est une Organisation  Non Gouvernementale (ONG) laïque, non partisane et à but non lucratif, créée le 21 avril 1990  à Dakar. Elle est membre observateur à la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des  Peuples (CADHP) depuis 1991 et dispose d’un Statut consultatif spécial à l’ECOSOC aux Nations  Unies depuis 2005. La RADDHO a pour mission de promouvoir, défendre et protéger les Droits  de l’Homme au Sénégal et en Afrique en :

  • veillant au respect de la vie et de la dignité humaine ;
  • promouvant l’exercice plein et entier de la citoyenneté, notamment l’égalité effective des droits entre citoyens ;
  • contribuant à l’émergence et à la consolidation de l’Etat de droit et de la démocratie et au  rapprochement des peuples en Afrique.

La RADDHO est le partenaire principal de ce projet.

1.2. A propos de Anti-Slavery International 

Anti-Slavery International (ASI) est une organisation fondée en 1839 afin de lutter contre  l’esclavage et pratiques analogues à travers le monde. L’esclavage, la servitude et le travail forcé  violent les libertés individuelles et privent des millions de personnes de leur dignité et de leurs  droits fondamentaux. Anti-Slavery International mène des actions à travers le monde aux niveaux  local, national et international afin d’éradiquer l’esclavage. Parmi ces actions figurent, par  exemple, la réalisation d’études sur les pratiques esclavagistes, l’intervention auprès de  gouvernements et d’agences intergouvernementales afin que ceux-ci adoptent des mesures de  prévention et de lutte contre l’esclavage ou encore le soutien aux organisations locales et  nationales travaillant à l’éradication de l’esclavage au travers d’activités de sensibilisation, de  plaidoyer et d’assistance aux victimes.

Dans le contexte de ce projet, Anti-Slavery est le conseiller technique de ce projet.

1.3 À propos de l’ANTD 

L’ANTD (Association Nigérienne pour le Traitement de la Délinquance et la prévention du crime) est une organisation non-gouvernementale établie en 2001 dont la mission est de lutter contre  la délinquance juvénile au Niger à travers des interventions adaptées au contexte socio économique du pays. Plus précisément, l’ANTD vise à lutter contre la délinquance et  l’exploitation des enfants par le biais d’initiatives de développement communautaires et de  réduction de la pauvreté et cherche à prévenir la récidive des mineurs incarcérés grâce à des  initiatives de changement et de réinsertion sociale.

L’ANTD mène des projets de recherche sur  les facteurs de la délinquance juvénile et de diverses formes d’exploitation des enfants. L’ANTD  met également en œuvre des programmes de réinsertion sociale des jeunes en difficulté (ex:  centres d’écoute, formation professionnelle, réinsertion familiale) de réduction de la pauvreté;  et de formation pour les acteurs de la protection de l’enfance. L’ANTD est membre de la CONAFE  et de la RAO.

1.4 À propos de l’ENDA 

Enda Mali est une entité décentralisée de l’Organisation Enda Tiers Monde, à caractère associatif  et à but non lucratif. Elle est créée officiellement en 1995 après huit ans d’activités sous la tutelle  du Ministère de la Jeunesse et des Sports du Mali. Avec le gouvernement du Mali, Enda Mali a  signé l’accord-cadre des ONG le 13 juin 1995.

Elle est l’une des premières organisations au Mali à travailler sur la question de la mendicité des  enfants en soutenant directement les écoles coraniques pour améliorer les conditions de vie et  les normes éducatives. Alors qu’elle continue à fournir une assistance directe aux écoles  coraniques, ENDA a élargi son champ d’action en offrant des possibilités de formation  professionnelle aux adolescents et aux anciens garibous et en créant des associations de maîtres  d’écoles coraniques au niveau local et régional. Depuis les premières interventions d’ENDA, un  certain nombre d’OSC travaillent désormais sur la question des garibous au Mali.

2. Contexte des projets 

Le projet vise à renforcer la collaboration entre les organisations des droits de l’homme au  Sénégal, au Niger et au Mali pour lutter contre la mendicité forcée des enfants talibés/garibous  afin de promouvoir l’adoption de réponses nationales et régionales fortes et coordonnées. La  mendicité forcée des étudiants religieux touche la plupart des pays à majorité musulmane de la  région du Sahel. Le Sénégal, le Niger et le Mali ne font pas exception. Au Sénégal, près de 100  000 enfants talibés sont forcés par leurs maîtres coraniques à mendier de la nourriture ou de  l’argent. En 2010, ENDA a estimé que Bamako abritait plus de 50 000 garibous mais prévient que  ce nombre a considérablement augmenté depuis lors. Au moins la moitié de ces garibous  auraient été victimes d’abus et d’exploitation.

Le nombre de talibés au Niger est inconnu mais la  mendicité des enfants est très visible dans les principaux centres urbains du pays, ce qui indique  des niveaux élevés. Bien que de nombreux pays du Sahel soient affectés par le phénomène, très  peu d’initiatives transnationales existent, à l’exception de conférences régionales ponctuelles et  d’une coopération transfrontalière en matière de répression. RADDHO, une ONG experte en  plaidoyer basée à Dakar, travaillera directement avec les talibés, ainsi qu’avec Anti-Slavery  International au Royaume-Uni, ANTD au Niger et ENDA au Mali pour développer une compréhension commune de la situation des enfants talibés/garibous dans la région, des  différentes interventions qui ont été mises en œuvre pour mettre fin à leur exploitation et des  approches les plus efficaces.

La participation des enfants aux études de recherche sur la question  talibé/garibou au Niger et au Mali, et le plaidoyer qui en résultera, sera une priorité. Au Sénégal,  au Mali et au Niger, nous faciliterons la participation effective des enfants talibés/garibous aux  débats et discussions autour de l’éradication de la mendicité forcée, ainsi qu’au niveau des  plateformes régionales des droits de l’homme. Les partenaires du projet travailleront ensemble  pour promouvoir les conclusions des études de recherche, les perspectives des talibé/garibous  et la mise en œuvre des meilleures pratiques aux niveaux national et régional.

3. Activités du projet 

  • Activité 1 : Recherche au Mali sur la nature, les causes et la prévalence de la mendicité forcée  par les enfants garibous et comment les enseignements tirés du Sénégal peuvent être appliqués  au Mali (ENDA)
  • Activité 2 : Recherche au Sénégal sur la nature et l’efficacité des interventions étatiques et non  étatiques sur la question des talibé et comment soutenir au mieux le processus de modernisation  des daara en cours (RADDHO)
  • Activité 3 : Recherche au Niger sur la nature, les causes et la prévalence de la mendicité forcée  par les enfants talibé et comment les enseignements tirés du Sénégal peuvent être appliqués au  Niger (ANTD)
  • Activité 4 : Compilation et analyse comparative des rapports pour le Niger, le Mali et le Sénégal  (ASI, RADDHO)
  • Activité 5 : Réunions de plaidoyer, y compris une table ronde pour diffuser les résultats de la  recherche et les recommandations au Mali (ENDA)
  • Activité 6 : Réunions de plaidoyer, y compris une table ronde pour diffuser les résultats de la  recherche et les recommandations au Niger (ANTD)
  • Activité 7 : Mise en place d’une organisation d’enfants et d’anciens talibé à Dakar (RADDHO)
  • Activité 8 : Organisation de 2 fora jeunesse à Dakar (RADDHO)
  • Activité 9 : Plaidoyer national par des enfants et anciens talibé au Sénégal (RADDHO)
  • Activité 10 : Engagement avec les médias au Sénégal (RADDHO)
  • Activité 11 : Création d’une organisation dirigée par les talibé au Niger (ANTD)
  • Activité 12 : Renforcement des capacités des talibé adolescents et anciens au Niger – 3 séries de  formations sur la gestion des associations, les droits de l’enfant et le plaidoyer / lobbying (ANTD)
  • Activité 13 : Engagement avec les médias au Niger (ANTD)
  • Activité 14 : Mise en place d’une organisation dirigée par les garibous à Bamako, Mali (ENDA)
  • Activité 15 : Renforcement des capacités des adolescents et anciens garibous – Formations en vie  associative, plaidoyer/lobbying et droits de l’enfant à Bamako, Mali (ENDA)
  • Activité 16 : Engagement avec les médias au Mali (ENDA)
  • Activité 17 : Participation sessions de plaidoyer de l’UA, de la CADHP et de la CEDEAO (RADDHO,  ANTD, ENDA & ASI)
  • Activité 18 : Evènements parallèles à la Commission africaine sur la mendicité forcée des  étudiants talibés/garibous en Afrique de l’Ouest et les meilleures pratiques pour lutter contre  l’exploitation, l’abus et la traite des enfants par les maîtres coraniques (RADDHO, ANTD, ENDA &  ASI)
  • Activité 19 : Rencontre régionale de plaidoyer à Dakar (RADDHO, ANTD, ENDA & ASI)
  • Activité 20 : Réunion Annuelle des partenaires (RADDHO, ENDA & ANTD)
  • Activité 21 : Suivi, apprentissage et visites de renforcement de capacités (ASI)
  • Activité 22 : Evaluation à mi-parcours du projet (ASI)

4. Portée de l’évaluation 

La tâche du consultant sera de produire un rapport d’évaluation qui mettra en avant l’impact (à  travers les critères de pertinence, d’efficacité, d’efficience, de durabilité, de reproductivité,  d’échelle et autres) et les leçons tirées du programme (y compris dans le contexte de la pandémie  du COVID-19).

Plus précisément, le/a consultant(e) devra :

  • Valider les TdR et la méthodologie de recherche, et développer un plan de travail en  collaboration avec Anti-Slavery International et les partenaires du projet. Les questions éthiques,  de santé et de sécurité devront être prises en compte pendant toute la durée de la consultance,  notamment dans le contexte de la pandémie du COVID-19.
  • Examiner et/ou collecter les informations documentaires disponibles conformément au plan  de travail et à la méthodologie convenus.
  • Mener des entretiens téléphoniques/par internet, et potentiellement en personne au Sénégal  – terrain conformément à la méthodologie convenue et aux considérations éthiques, avec les  bénéficiaires, les partenaires et les membres de la communauté.
  • Analyser les données collectées, présenter les résultats à ASI et aux partenaires. Sur la base des enseignements tirés, fournir et présenter des recommandations pratiques et  claires pour de futures initiatives visant à améliorer la situation des enfants vulnérables à la  mendicité forcée dans la sous-région.

4.1. Besoins et objectifs de l’évaluation 

Le but de l’évaluation, comme indiqué ci-dessus, est d’évaluer l’effet des projets financés par Voice Global et d’émettre des recommandations pratiques et des enseignements pour de futures  initiatives de recherche et de dissémination. Pour ce faire, l’évaluateur/trice concentrera son  analyse sur les activités de recherche, de plaidoyer et communication et de renforcement de capacité du projet ainsi que sur la qualité de la collaboration entre les partenaires.

Les questions de recherche de l’étude sont les suivantes :

4.2. Eléments de recherche 

  1. Le projet a-t-il réalisé toutes les activités de recherche prévues ?
  2. Dans quelle mesure le projet a-t-il atteint les objectifs des initiatives de recherche ?
  3. Quels facteurs expliquent le succès ou les échecs des différents travaux de recherche ? a. Les termes de référence étaient-ils adéquats et suffisamment clairs pour guider la conduite des travaux de recherche dans les différents pays d’intervention ? b. Y a-t-il eu une répartition claire des rôles parmi les partenaires, et au sein de chaque  organisation pour garantir une mise en œuvre efficace des travaux de recherche ?
  4. Les rapports de recherches étaient-ils suffisamment clairs et appropriés, dans leur forme et  contenu, pour soutenir les efforts de plaidoyer en faveur de la promotion des droits des  talibé/garibou au Mali, au Sénégal et au Niger ?
  5. Quelles recommandations feriez-vous aux partenaires pour renforcer les efforts de recherche  futurs ?

4.3. Eléments de plaidoyer et communication 

  • Le projet a-t-il réalisé toutes les activités de plaidoyer et de communication/engagement  médiatique prévues ?
  • Dans quelle mesure est-ce que le ciblage des parties prenantes clés, interpellées au travers des  efforts de plaidoyer, était stratégique et cohérent ?
  • Dans quelle mesure les réunions de plaidoyer du projet ont-elles permis de modifier les  connaissances et perceptions des parties prenantes ciblées ?
  • Les réunions et autres efforts de plaidoyer du projet ont-ils conduit à des changements  politiques/législatifs/juridiques importants aux niveaux local, national ou international ?

4.4. Renforcement de capacité des adolescents et anciens élèves des écoles coraniques  

  • Dans quelle mesure le projet a-t-il efficacement facilité la création d’associations de  talibé/garibou ?
  • Quels facteurs expliquent les succès et/ou difficultés rencontrés dans la mise en place de ces  associations ?
  • Dans quelle mesure les talibé/garibou membres des associations se sentent-ils intégrés et  représentés par celles-ci ?
  • Dans quelle mesure les activités de renforcement de capacité des talibé membres des  associations (fora jeunesse, formation pour les membres des associations etc.) ont-elles  eu l’impact escompté en termes d’acquisition des connaissances, de participation effective au  sein de l’association et auprès des principales parties prenantes et en termes de visibilité des  talibé/garibou dans les débats publics ?

4.5. Partenariat : Collaboration et divisions des rôles 

  • Dans quelle mesure les rôles et responsabilités (en recherche, communication/engagement  médiatique, plaidoyer, suivi etc.) entre le partenaire principal et les autres membres de la  coalition ont-ils été clairement établis et assimilés par chaque organisation ?
  • Dans quelle mesure la communication et la collaboration entre les membres de la coalition, et  entre les partenaires et le bailleur ont-t-elle été fluides, efficaces et inclusives ?

5. Méthodologie 

ASI tiendra compte des principes de Bond1lors de l’examen des documents d’approche des  candidats et nous aimerions que les méthodologies proposées respectent ces principes dans la  mesure du possible.

L’approche de l’évaluation devrait comprendre des éléments d’analyse des contributions et  d’évaluation des bénéficiaires. La méthodologie de l’évaluation sera principalement de nature  qualitative, avec potentiellement des outils quantitatifs en complément. Le rapport de l’évaluation  devra tirer des conclusions d’ordre général sur la base de la recherche documentaire, des entretiens  et/ou des groupes de discussion.

La proposition méthodologique devra inclure :

5.1. Sources secondaires / collecte de données : 

Lire et analyser la documentation du projet et des autres documents pertinents. L’objectif est  de synthétiser et de vérifier les informations existantes dans le cadre de l’évaluation. Des  données supplémentaires ne devraient être collectées que lorsque les principales données  primaires ne sont pas disponibles.

5.2. Sources primaires / collecte de données 

  • Entretiens avec ASI, la RADDHO, ANTD, ENDA
  • Entretiens et discussions de groupe avec des membres des associations
  • Entretiens avec un échantillon sélectionné de parties prenantes ciblées par le projet
  • Entretien avec Voice
  • Récits de changement/Études de cas pour les enfants et les jeunes

La méthodologie sera finalisée par ASI et le/la consultant(e) sélectionné(e) au début du contrat  et fera partie des TdRs de cette évaluation.

Les interlocuteurs de l’évaluateur/trice, pendant toute la durée de l’évaluation, seront Emmanuelle Tremeau, Responsable du Programme Afrique à Anti-Slavery International (e.tremeau@antislavery.org), et Aminata Bousso Ly, chargée de projet à la Raddho (awaboussoly@gmail.com).

5.3. Processus de l’évaluation 

Dans les premiers jours de la consultance, l’évaluateur/trice préparera un plan de travail qui  opérationnalisera les termes de référence. Le plan de travail couvrira les éléments suivants : les  attentes de l’évaluation ; rôles et responsabilités au sein de l’équipe d’évaluation ; élaboration  des questions d’évaluation ; méthodes et outils de collecte de données ; les risques, y compris  les biais et la manière dont ils seront atténués ; calendrier du processus d’évaluation ; aperçu du  rapport d’évaluation final.

Le plan de travail déterminant la manière dont l’évaluation devra être menée sera approuvé par  la Manager du Programme Afrique d’ASI et le Responsable Suivi Évaluation d’ASI.

Une fois que le plan de travail est approuvé et que le travail de terrain est effectué, le/la  consultant(e) devra :

  1. Présenter un aperçu / ébauche préliminaire des résultats à tous les partenaires du projet  et recueillir des commentaires avant de préparer le rapport d’évaluation. Le rapport devra inclure des informations sur le processus à travers lequel les résultats préliminaires ont  été partagés et discutés, et comment les changements qui en ont résulté ont été inclus  dans le rapport.
  2. Soumettre une ébauche à ASI et aux partenaires pour recueillir leurs feedback et  commentaires afin de minimiser les risques d’inexactitudes et permettre à l’équipe de  mieux s’approprier des conclusions de l’évaluation.
  3. Soumettre un rapport d’évaluation final en français à ASI et aux partenaires, comprenant  chacun un résumé exécutif et des recommandations. Les recommandations devront  également inclure des détails sur la manière dont elles pourraient être mises en œuvre. Le/a consultant(e) préparera un rapport d’évaluation (20 à 30 pages, sans compter les  annexes) – une version provisoire et une finale, qui détaillera la méthodologie de  l’évaluation, les principaux résultats et les recommandations. Les rapports devront être  rédigés pour des professionnels du secteur, et notamment des responsables  gouvernementaux et responsables d’ONGs.

5.4. Le rapport d’évaluation devra contenir, entre autres : 

  1. Résumé
  2. Informations générales sur le contexte du projet et les partenaires
  3. Objectif du rapport d’évaluation
  4. Questions de recherche
  5. Méthodologie appliquée
  6. Constatations et analyse
  7. Conclusions
  8. Recommandations, y compris des détails sur la manière dont elles pourraient être mises en  œuvre.
  9. Annexes

Le rapport ne devra pas dépasser 20 à 30 pages (sans compter les annexes), être rédigé en  français et présenté à ASI par voie électronique, dans un format compatible avec MS Word. Les  rapports finaux seront mis à la disposition des collègues d’ASI, la RADDHO, ANTD et ENDA et  partagés avec le bailleur Voice Global.

La consultance ne sera considérée comme finalisée que lorsque tous les produits livrables auront  été officiellement approuvés par ASI.

6. Calendrier 

L’évaluation se déroulera durant la période juillet-août, avec un rapport final remis au plus tard le 30 août 2021. Le rapport initial et le plan de travail seront présentés à une date convenue (à confirmer) après la signature du contrat.

La charge de travail estimée pour le projet s’élève à 21 jours maximum comme suit :

  • Examen de la documentation du projet et développement de la méthodologie et du plan de travail : jusqu’à 3 jours
  • Entretiens à distance avec les quatre partenaires du projet et les parties prenantes : jusqu’à 12 jours
  • Analyse, révisions et rapports finaux : jusqu’à 6 jours

7. Qui nous recherchons 

Le consultant sélectionné travaillera en étroite collaboration avec ASI et la RADDHO pour  produire le rapport de l’évaluation finale. Ils s’appuieront sur leur expertise professionnelle, leurs  recherches documentaires, les perspectives des partenaires du projet et d’autres parties  prenantes clés, en particulier les communautés et les talibé eux-mêmes. Nous rechercherons des  candidats qui ont de l’expérience et de l’expertise dans la conduite d’évaluations de projets, et  notamment dans la conduite de groupes de discussion et d’entretiens individuels axés sur des  sujets sensibles d’ordre culturel et religieux, les droits de l’enfant, et les questions économiques  et sociales.

Le/a consultant(e) doit avoir une solide expérience dans la collecte de données axées sur  l’humain pour évaluer l’impact des projets qui associent l’élaboration et la mise en œuvre de  politiques au niveau national au changement de normes et de comportements au niveau  communautaire avec une forte composante droits de l’homme.

Les critères de sélection essentiels comprennent : 

  • Vaste expérience en évaluation de projets (au moins 5 ans), gestion de projets de recherche et,  idéalement, dans la mise en œuvre de programmes avec des partenaires ;
  • Connaissance des droits de l’homme et de l’enfant, notamment les questions de d’esclavage,  de traite et d’exploitation ;
  • Capacité à dialoguer avec un large éventail de parties prenantes (personnel des ONG,  représentants du gouvernement, figures traditionnelles, etc.), en s’appuyant sur leurs  expériences pour rédiger des conclusions et des recommandations ;
  • Forte capacité à analyser les entretiens, les groupes de discussion et d’autres formes de  données pour en tirer des conclusions et des recommandations fortes et pertinentes ;
  • Maîtrise du français (essentiel) ;
  • Parler le Wolof ou le Haussa ou Bambara est considéré comme un atout majeur ;
  • Basé à Dakar avec une connaissance solide de la question talibé/garibou et du contexte socio politique dans la sous-région ;
  • Indépendant de tous les partenaires ;
  • Volonté et capacité de se déplacer dans la ville de Dakar pour rencontrer des partenaires et  acteurs en personne, conformément à toute restriction du COVID-19 et autres considérations de  santé et de sécurité ;

L’évaluation peut être entreprise par un consultant individuel ou un consultant principal avec  un/des associé(s).

8. Budget et modalités de paiement 

Les honoraires de l’évaluateur sont de deux cent vingt-neuf (229) euros par jour. Le paiement  sera effectué en deux fois :

  • 40% du montant convenu à payer dans la semaine suivant la signature du contrat
  • 60% du montant convenu à payer après la finalisation et la soumission des rapports finaux et  la validation par ASI et partenaires des produits finis.

Les paiements seront effectués par la RADDHO.

9. Candidature et délais 

Les candidats qui désirent postuler doivent préparer et envoyer par courrier électronique les  éléments suivants :

  • Une copie du CV
  • Une lettre de motivation
  • Une note de cadrage (pas plus de 2 pages) proposant une méthodologie pour la réalisation de  l’évaluation, le calendrier estimé, le plan de travail des activités décrivant le nombre de jours  alloués par activité et les frais (hors frais de déplacement et autres dépenses) Au moins deux exemples d’évaluations (ou rapports) récentes (publiées de préférence)
  • Une copie récente du casier judiciaire.

Le candidat retenu devra soumettre deux références (de préférence une universitaire et une  professionnelle).

ASI traite de la protection de tous nos collaborateurs, partenaires et bénéficiaires avec le plus  grand sérieux. Une vérification des antécédents sera donc effectuée avant la signature du  contrat.

La date limite de dépôt des candidatures est fixée au dimanche 25 juillet 2020 à 23h59 GMT avec des entretiens via Skype/Zoom le vendredi 30 juillet 2020.

Veuillez soumettre votre candidature par email aux adresses suivantes : jobs@antislavery.org et awaboussoly@gmail.com en utilisant la référence ‘CONSULTANT DE RECHERCHE – EVALUATION PROJET VOICE GLOBAL’ comme titre/sujet de l’email.

Laisser un commentaire