Burkina Faso

PNUD recrute 01 expert principal

PNUD recrute 01 expert principal pour l’évaluation finale du projet « Génération d’Avangages pour l’Environnement Mondial au Burkina Faso

 

  • Niveau d’études: Bac + 4
  • Expérience: 7 ans
  • Expire le: 19-10-2018

PNUD

Ouagadougou,Burkina Faso
Humanitaire (ONG, Associations, …), Projet/programme de développement
Recrutement d’un expert principal pour l’évaluation finale du projet « Génération d’Avangages pour l’Environnement Mondial au Burkina Faso
Lieu : Ouagadougou, BURKINA FASO
Date limite de candidature : 19-Oct-18 (Minuit New York, États-Unis)
Catégorie supplémentaire : Développement durable et réduction de la pauvreté
Type de contrat : Individual Contract
Niveau du poste : International Consultant
Langues requises : Anglais, Français
Date de commencement : (date à laquelle le candidat sélectionné doit commencer) 01-Nov-2018
Durée du contrat initial: 30 jours
Historique
Introduction
Conformément aux politiques et procédures de suivi et d’évaluation du PNUD et du FEM, tous les projets de moyenne ou grande envergure soutenus par le PNUD et financés par le FEM doivent faire l’objet d’une évaluation finale à la fin de la mise en œuvre. Ces termes de référence (TOR) énoncent les attentes d’une évaluation finale (TE) du « Génération d’avantages pour l’environnement mondial à travers de meilleurs systèmes de planification et de prise de décisions au niveau local au Burkina Faso »  ( PIMS Nº 4892)
Le projet « Génération d’avantages pour l’environnement mondial à travers de meilleurs systèmes de planification et de prise de décisions au niveau local au Burkina Faso »  a été élaboré dans la cadre des résultats 2 et 3 de la Stratégie de Développement des Capacités Transversales du Fonds pour l’Environnement Mondial qui porte sur le renforcement  des capacités transversales de gestion de l’information environnementale et l’intégration des avantages pour l’environnement mondial dans les processus de planification.
Le projet a été formulé sur la base des conclusions du processus d’Auto-Evaluation des Capacités Nationales qui a montré que le renforcement des capacités nationales pour une utilisation plus efficace du Système National d’Information de la Gestion Environnementale existant permettrait de mieux percevoir l’état d’avancement de la mise en œuvre des Accords Multilatéraux sur l’Environnement. En retour le système permettra au Burkina de fournir de meilleures bases pour une planification du développement durable au niveau aussi bien national que local.
Par ailleurs, l’intégration des avantages pour l’environnement mondial dans les processus de planification locale d’un développement durable des collectivités permettra de s’assurer que la population locale bénéficie d’un environnement favorable dans sa gestion des ressources naturelles ainsi que de et sa protection. Le projet va élaborer et tester des modules du Guide Méthodologique de Planification Locale sur les thèmes de la convention qui peuvent aider les acteurs locaux à intégrer des avantages pour l’environnement mondial dans leur planification locale.
Les interfaces entre le SIGE national et les utilisateurs locaux de l’information seront établis de manière à permettre à ces derniers de pouvoir toujours utiliser l’information la plus récente sur l’état de l’environnement local et en même temps fournir au SIGE national de nouvelles données locales relatives aux thèmes de la convention. Le projet COGEL servira de base claire sur laquelle le présent projet pourra greffer ses activités
Objectif et portée
Le projet a été conçu pour “générer des avantages pour l’environnement mondial à travers de meilleurs mécanismes d’appui à la prise de décisions et de meilleurs processus locaux de planification et de développement au Burkina Faso”.
Les résultats attendus de projet sont : A la fin du projet, il est attendu l’amélioration d’un certain nombre de capacités afin d’atteindre et de pérenniser les objectifs des Conventions de Rio.  A cet effet, il est attendu le renforcement et l’institutionnalisation des engagements relatifs aux Conventions de Rio en remodelant le Système d’Information pour la Gestion de l’Environnement (SIGE) existant afin qu’il puisse éclairer la prise de décisions aux niveaux national et local pour une gestion saine des ressources naturelles pour un développement durable. Le projet permettra une coordination du réseau institutionnel qui fournit et utilise les informations environnementales qui en découlent pour entre autres, rendre compte de l’état d’avancement de la mise en œuvre des Conventions de Rio et autres AME.
L’évaluation finale sera menée conformément aux directives, règles et procédures établies par le PNUD et le FEM comme l’indique les directives d’évaluation du PNUD pour les projets financés par le FEM.
Les objectifs de l’évaluation consistent à apprécier la réalisation des objectifs du projet et à tirer des enseignements qui peuvent améliorer la durabilité des avantages de ce projet et favoriser l’amélioration globale des programmes du PNUD.
Approche et méthode d’évaluation
Une approche et une méthode globales[1] pour la réalisation des évaluations finales de projets soutenus par le PNUD et financés par le FEM se sont développées au fil du temps. L’évaluateur doit articuler les efforts d’évaluation autour des critères de pertinence, d’efficacité, d’efficience, de durabilité et d’impact, comme défini et expliqué dans les directives du PNUD pour la réalisation des évaluations finales des projets soutenus par le PNUD et financés par le FEM.    Une série de questions couvrant chacun de ces critères ont été rédigées et sont incluses dans ces termes de référence (remplir l’Annexe C) des termes de référence. L’évaluateur doit modifier, remplir et soumettre ce tableau dans le cadre d’un rapport initial d’évaluation et le joindre au rapport final en annexe.
L’évaluation doit fournir des informations factuelles qui sont crédibles, fiables et utiles. L’évaluateur doit adopter une approche participative et consultative garantissant une collaboration étroite avec les homologues du gouvernement, en particulier avec le point focal opérationnel du FEM, le bureau de pays du PNUD, l’équipe chargée du projet, le conseiller technique du PNUD-FEM basé dans la région et les principales parties prenantes. L’évaluateur devrait effectuer une mission sur le terrain au Burkina Faso, y compris la liste suivante des sites (liste) des projets. Les entretiens auront lieu au minimum avec les organisations et les particuliers suivants : (Liste des principales parties prenantes).[voir liste ci-dessous]
L’évaluateur passera en revue toutes les sources pertinentes d’information, telles que le descriptif de projet, les rapports de projet, notamment le RAP/RMP et les autres rapports, les révisions budgétaires du projet, l’examen à mi-parcours, les rapports sur l’état d’avancement, les outils de suivi du domaine focal du FEM, les dossiers du projet, les documents stratégiques et juridiques nationaux et tous les autres documents que l’évaluateur juge utiles pour cette évaluation fondée sur les faits. Une liste des documents que l’équipe chargée du projet fournira à l’évaluateur aux fins d’examen est jointe à l’annexe B  des présents termes de référence.
Critères d’évaluation et notations
Une évaluation de la performance du projet, basée sur les attentes énoncées dans le cadre logique/cadre de résultats du projet (voir  annexe A) qui offre des indicateurs de performance et d’impact dans le cadre de la mise en œuvre du projet ainsi que les moyens de vérification correspondants, sera réalisée. L’évaluation portera au moins sur les critères de pertinence, efficacité, efficience et durabilité. Des notations doivent être fournies par rapport aux critères de performance suivants. Le tableau rempli doit être joint au résumé d’évaluation.   Les échelles de notation obligatoires sont inclus dans l’annexe D.
[1] Pour de plus amples informations sur les méthodes, lire le chapitre 7 du Guide de la planification, du suivi et de l’évaluation axés sur les résultats de développement,  à la page  163
Devoirs et responsabilités
Financement/cofinancement du projet
L’évaluation portera sur les principaux aspects financiers du projet, notamment la part de cofinancement prévue et réalisée. Les données sur les coûts et le financement du projet seront nécessaires, y compris les dépenses annuelles.  Les écarts entre les dépenses prévues et réelles devront être évalués et expliqués.  Les résultats des audits financiers récents disponibles doivent être pris en compte. Les évaluateurs bénéficieront de l’intervention du bureau de pays (BP) et de l’équipe de projet dans leur quête de données financières pour compléter le tableau de cofinancement ci-dessous, qui sera inclus dans le rapport d’évaluation finale.
Intégration
Les projets financés par le PNUD et soutenus par le PNUD sont des éléments clés du programme de pays du PNUD, ainsi que des programmes régionaux et mondiaux. L’évaluation portera sur la mesure dans laquelle le projet a été intégré avec succès dans les priorités du PNUD, y compris l’atténuation de la pauvreté, l’amélioration de la gouvernance, la prévention des catastrophes naturelles et le relèvement après celles-ci et la problématique hommes-femmes.
Impact
Les évaluateurs apprécieront dans quelle mesure le projet atteint des impacts ou progresse vers la réalisation de ceux-ci. Parmi les principales conclusions des évaluations doit figurer ce qui suit : le projet a-t-il démontré: a) des progrès vérifiables dans l’état écologique, b) des réductions vérifiables de stress sur les systèmes écologiques, ou c) des progrès notables vers ces réductions d’impact.
[1]Conclusions, recommandations et enseignements
Le rapport d’évaluation doit inclure un chapitre proposant un ensemble de conclusions, de recommandations et d’enseignements. Modalités de mise en oeuvre
La responsabilité principale de la gestion de cette évaluation revient au bureau de pays du PNUD au Burkina Faso. Le bureau de pays du PNUD contactera l’évaluateur en vue de garantir le versement en temps opportun des indemnités journalières à l’équipe d’évaluation et de finaliser les modalités de voyage de celle-ci dans le pays. L’équipe de projet sera chargée d’assurer la liaison avec l’évaluateur afin d’organiser des entretiens avec les parties prenantes et des visites sur le terrain, ainsi que la coordination avec le gouvernement, etc.
[1] Un outil utile pour mesurer les progrès par rapport aux impacts est la méthode ROtI (Review of Outcomes to Impacts) mise au point par le Bureau de l’évaluation du FEM :  ROTI Handbook 2009
Compétences
  -Etre familier(ère) avec le fonctionnement des agences des Nations Unies;
  -Etre capable de travailler en équipe, de communiquer et d’assurer un leadership;
  -Faire preuve d’initiative, de réactivité, d’objectivité, d’organisation et avoir une bonne méthodologie dans l’exécution du travail d’évaluation
  -Etre capable de conduire une évaluation indépendante avec une compréhension claire des objectifs, du contenu et des processus de réalisation du travail d’évaluation demandé.
Qualifications et expériences requises
L’équipe d’évaluation sera composée une personne (un évaluateur international).  Les consultants doivent disposer d’une expérience antérieure dans l’évaluation de projets similaires.  Une expérience des projets financés par le FEM est un avantage. L’évaluateur sélectionné ne doit pas avoir participé à la préparation ou à la mise en œuvre du projet et ne doit pas avoir de conflit d’intérêts avec les activités liées au projet.
L’évaluateur doit posséder les qualifications suivantes :
Education
Un diplôme au moins de niveau Master en in Climate and Environment, Natural Resources, Land Administration or relevant areas.;
Expériences professionnelles
-7 ans minimum d’expérience professionnelle pertinente ;
-des connaissances et une riche expérience en matière d’environnement et du développement durable
-une expérience en renforcement de capacité des institutions ;
-une bonne connaissance des différentes conventions de l’environnement ;
-une connaissance du PNUD et du FEM ;
-une expérience antérieure avec les méthodologies de suivi et d’évaluation axées sur les résultats ;
-des connaissances techniques dans les domaines focaux ciblés;
-une grande expérience éprouvée et une bonne capacité technique à travailler en équipe
-d’expériences dans la conduite d’études similaires sur l’évaluation finale des projets et programmes du PNUD ou du FEM
Langues
  -Parfaite maîtrise de l’anglais et du francais à l’oral et a l’ecrit.
Dispositions particulières
La proposition technique devra comprendre : Une brève présentation de l’approche méthodologique et de l’organisation de la mission envisagée, une note de compréhension des tdrs, la méthodologie d’intervention ainsi que le programme de travail de la consultance, un curriculum vitae incluant au moins deux (02) références (inclure les adresses emails) . Les termes de références complets sont disponibles sur le site du PNUD à l’adresse : http://www.bf.undp.org/content/burkina_faso/fr/home/operations/procurement.html
La proposition financière sous forme de montant forfaitaire incluant les honoraires du consultant (détaillant le montant des indemnités journalières et le cout du billet d’avion), le nombre de jours de travail prévus et les frais divers.
NB  : Les candidatures ne comportant pas d’offres techniques et financières ne seront pas considérées.
Le PNUD s’engage à recruter un personnel divers en termes de genre, de nationalité et de culture. Nous encourageons de même les personnes issues des minorités ethniques, des communautés autochtones ou handicapées à postuler. Toutes les candidatures seront traitées dans la plus stricte confidentialité.

POSTULER
0 Partages

A propos de l'auteur

Khady Khady

Laisser un commentaire