Congo RDC

Expertise France recrute 01 Conseiller auprès du Ministre d’Etat, Ministre en charge de la fonction publique

Expertise France recrute 01 Conseiller auprès du Ministre d’Etat, Ministre en charge de la fonction publique

Conseiller·e auprès du Ministre d’Etat, Ministre en charge de la fonction publique
MIS EN LIGNE LE : 25/04/2019
PAYS: RDC
ZONE GÉOGRAPHIQUE: AFRIQUE SUBSAHARIENNE
DURÉE DE LA MISSION: LONG TERME
TYPE D’EXPERTISE: EXPERTS TECHNIQUES INTERNATIONAUX
DATE LIMITE DE CANDIDATURE: 12/05/2019
Description du projet
La République Démocratique du Congo s’est engagée depuis plus d’une décennie dans une série de réformes visant à améliorer la gouvernance et la transparence de l’Administration publique.
Le diagnostic de l’administration présente la persistance de dysfonctionnement légaux, un non-respect des textes notamment en matière de gestion de la carrière des agents publics, un vieillissement des agents, l’inadaptation des cadres et structures organiques aux missions dévolues, non maitrise des effectifs et de la masse salariale, etc.
La stratégie révisée de la réforme et modernisation de l’Administration publique comporte trois objectifs généraux comportant respectivement des objectifs spécifiques, à savoir 1:
(i) Moderniser le cadre normatif de l’Administration Publique ;
Objectifs spécifiques: réviser le cadre juridique, mettre en oeuvre la décentralisation administrative et rationaliser les structures des ministères.
(ii) Renforcer la qualité des ressources humaines de la Fonction Publique
Objectifs spécifiques : maîtriser les effectifs et la masse salariale, dynamiser la politique salariale, créer un système efficace et pérenne de retraites, rajeunir et professionnaliser la fonction publique et relancer l’Ecole Nationale d’ Administration.
1 Ministère de la Fonction Publique, Cadre stratégique général de la Réforme et Modernisation de l’Administration Publique, Kinshasa, Octobre 2015, pp 55 – 62.
(iii) Dynamiser le fonctionnement de l’Administration Publique
Objectifs spécifiques: améliorer les conditions de travail, Promouvoir l’e-administration, promouvoir l’éthique, développer la culture d’assurance-qualité, et promouvoir la gestion axée sur les résultats et la culture de la performance dans les services publics.
La coopération française accompagne cette volonté par un appui au développement de l’Ecole Nationale d’Administration depuis 2014, ainsi que par la présence successive de plusieurs Experts techniques internationaux placés comme conseillers du Ministre de la fonction publique. Ils ont eu à apporter leur expertise sur des domaines variés comme la qualité, la formation et le renforcement des capacités des agents de carrière des services publics de l’Etat ; la mise en place des guichets uniques des services publics déconcentrées dans les nouvelles provinces issues du découpage territorial, l’accompagnement de la politique de rajeunissement de l’administration, etc.
Néanmoins, il y a lieu de noter que, malgré les résultats encourageants réalisés à ce jour, plusieurs défis demeurent, notamment : consolider les acquis relatifs à la création de l’Ecole Nationale d’ Administration, poursuivre le processus de rajeunissement du personnel de l’administration publique, assurer la mise en place d’un système de retraite efficace et pérenne, assurer la mise en oeuvre de la décentralisation administrative, mettre en place un système permanent de formation continue des agents de l’Etat sur toute l’étendue du territoire national, etc.
C’est face à tous ces défis que le Ministre d’Etat, Ministre de la Fonction Publique a sollicité, par sa lettre n° 642/ME/MIN.FP/2018 du 07 novembre 2018 adressée à l’Ambassadeur de France en RDC, la poursuite de cet accompagnement à travers le placement d’un Expert Technique pouvant jouer le rôle de Conseiller au sein de son Cabinet afin de l’appuyer dans la mise en oeuvre de la réforme et modernisation de l’administration publique.
A ce jour, l’appui à la modernisation de l’Etat se matérialise par des actions dans le domaine des réformes institutionnelles avec principalement le projet de réforme et de rajeunissement de la Banque mondiale (PRRAP) et des appuis sectoriels (PNUD, DUE, Belgique, DFID).
Description de la mission
Dans le cadre de cet appui institutionnel, l’expert technique international (ETI) sera placé auprès du Ministre de la fonction publique et aura pour mission de renforcer les capacités du ministère dans son rôle de maîtrise d’ouvrage de la politique nationale de modernisation de l’action publique. Plus particulièrement, il appuiera le ministère dans le pilotage de dispositifs transversaux ambitieux tels que le rajeunissement de l’administration, l’appui à l’Ecole nationale d’Administration, la rationalisation de la gestion des ressources humaines, la coordination avec les ministères sectoriels et les partenaires techniques et financiers concernés.
Objectifs spécifiques
Conseiller du Ministre dans l’ensemble du champ d’activité du ministère, l’ETI aura pour vocation à :
-accompagner l’Ecole nationale d’Administration dans son développement, notamment par la mise en place de ses organes de gouvernance, la refonte de son cursus initial, la clarification du statut, et la modernisation des procédures de sélections des élèves ainsi que de leur intégration dans le corps d’administrateur civil et du corps enseignants, soutien à l’expertise non résidente mise en oeuvre dans le cadre du C2D . L’Expert appuiera aussi le développement des échanges avec les écoles de la haute administration du Continent et l’ENA France.
-conseiller le Ministre dans les missions qui lui sont confiées et conforter, sous forme d’appuis techniques et méthodologiques, les études, analyses ou audits. Cet appui portera notamment sur la modernisation et le rajeunissement de l’Administration, la coordination interministérielle de la réforme de la décentralisation ;
-appuyer techniquement le ministère dans la conception des futurs projets dont il serait l’initiateur, le promoteur ou le maître d’oeuvre dans le but d’opérationnaliser le Cadre stratégique général de la Réforme et Modernisation de l’Administration Publique. Ces projets seront soumis aux financements du budget national ou des partenaires techniques et financiers ;
-Accompagner ministère de la fonction publique dans ses fonctions de coordination et de gestion des projets financés par les partenaires techniques et financiers, comme par exemple le projet de réforme et de rajeunissement financé par la Banque Mondiale. Il organisera un groupe de partenaires intéressés par la modernisation de l’Administration et la décentralisation, et en assurera le secrétariat.
-Accompagner l’ENA Rdc dans ses fonctions de coordination et de gestion de projets es partenaires techniques et financiers.
Taches à réaliser et résultats à atteindre :
Les principales tâches qui incombent à l’ETI sont :
– Conseiller le cabinet du Ministre : interventions de toute nature sur sollicitation du Ministre ;
– Contribuer à la mise en oeuvre du Cadre stratégique général de la réforme et modernisation de l’Administration publique : rédaction de notes et études, participation et/ou animation de réunions internes ou externes, animation du groupe de partenaires, relations avec les administrations et les partenaires, suivi-évaluation du dispositif ;
– Contribuer au suivi et à la mise en oeuvre de projets financés par des partenaires techniques et financiers ;
– Contribuer au développement d’une politique des hauts potentiels et à la gestion des ressources humaines des cadres supérieurs. Appuyer le développement de l’ENA Rdc et l’intégration des énarques dans l’Administration ;
– Contribuer à des programmes d’activités ou commandes ponctuelles visant à la réalisation de travaux divers ou d’études dans les domaines du suivi-évaluation des politiques publiques, de l’audit stratégique ou organisationnel d’entités publiques, ou de l’analyse de projets ;
– Participer à des missions à l’intérieur de la République démocratique du Congo, dans la sous-région ou tout autre pays, dans le champ d’activité du ministère susceptibles de contribuer au développement de partenariats institutionnels et aux échanges de bonnes pratiques administratives ;
– Appuyer le Ministère de la fonction Publique dans la conception et la rédaction de tous les règlements d’administration nécessaires à la rationalisation de la gestion des ressources humaines et la modernisation de l’Administration Publique ; Les résultats à atteindre pour cette mission concernent :
-Pour le Cabinet :
-L’organisation et le secrétariat d’une réunion semestrielle d’un groupe rassemblant partenaires et la fonction publique sur la modernisation de l’Administration.
-Pour le Cabinet et pour l’ENA RDC :
-La mise en place du conseil d’administration ;
-La mise en place du conseil pédagogique ;
-La création d’un dispositif d’intégration dans les fonctions et au fichier de la paye des élèves de l’ENA RDC et des énarques ;
– Pour l’ENA RDC :
-Une réorganisation du concours d’accès à la formation continue ;
-L’organisation et le secrétariat d’une réunion semestrielle d’un sous-groupe rassemblant les partenaires et la fonction publique sur la formation des agents publics.
-La rédaction d’un projet d’appui à l’ENA RDC à soumettre pour financement sur le second C2D ;
-La réalisation d’étude de suivi-évaluation de l’intégration des énarques et leur impact sur le fonctionnement des services.
Qualifications et compétences
Tenant compte du caractère généraliste et stratégique de la mission, l’AFD, via l’opérateur Expertise France, met à disposition du ministère de la fonction publique un cadre disposant de solides expériences et d’un parcours significatif dans la décentralisation, l’administration de l’Etat, la gestion des ressources humaines de l’Etat et notamment la formation des hauts cadres.
D’un niveau Bac +5 / Master en administration publique ou Sciences politiques ou Droit ou Relations internationales, le candidat possédera :
5
– une connaissance en ingénierie de formation sera appréciée ;
– une connaissance du contexte administratif et de la décentralisation en RDC seront un atout supplémentaire
– d’excellentes capacités rédactionnelles et relationnelles ;
– un esprit de synthèse et capacité à dégager et présenter des choix opérationnels ;
– sens de la diplomatie, flexibilité et capacité à travailler avec des interlocuteurs diversifiés : Ministres, administrations locales, diplomates, spécialistes du développement, syndicalistes, acteurs de la société civile.
Expérience professionnelle
– une expérience de conseil de haut niveau est exigée, auprès d’autorités centrales et locales (Ministre, Secrétaire Général, gouverneurs, élus locaux etc…) dans l’accompagnement des processus de réformes et de management du changement dans la fonction publique
– une expérience professionnelle de plus de 5 ans est exigée dans la fonction publique / le domaine de la gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences / l’analyse des politiques publiques / le développement des organisations / l’administration publique ;
– une expérience significative en matière de pilotage (administratif et financier) de projet dans le domaine de la gouvernance dans des contextes sécuritaires difficiles est indispensable ;
Informations complémentaires
MODALITES D’EXERCICE DE LA MISSION
Positionnement
L’expert technique travaille quotidiennement au sein du cabinet du Ministre, avec une relation privilégie avec le secrétaire général en charge des personnels actifs et le directeur général de l’Ecole nationale d’Administration. II agit à la demande de son autorité de rattachement ou propose à son initiative des travaux sur les dossiers sur lesquels ses compétences peuvent apporter une plus-value. II rend compte au Ministre, en liaison régulière et étroite avec le Secrétaire général, et le cabinet du Ministre, qui orientent son action, ainsi qu’à l’opérateur qui l’aura recruté.
Dans le cadre de sa mission, l’expert technique prend les contacts internes ou externes utiles à ses travaux, en prenant soin d’en informer ses collègues et de se coordonner avec eux. II est informé des réunions auxquelles sa participation est requise ou souhaitable.
Il participe :
– à certaines réunions de cabinet, à la demande du Ministre, quand celui-ci le souhaite ;
– aux réunions des partenaires techniques et financiers (PTF), et assiste les représentants du ministère de la fonction publique ;
– aux séminaires et ateliers organisés par le Ministère ou ses services centraux ;
– à la demande, à toute instance ou groupe de travail de l’administration congolaise;
– à la capitalisation et à l’analyse des études et recommandations ;
– aux réunions et échanges internes organisés par l’ENA RDC
Il est soumis :
– vis-à-vis de l’administration congolaise, à tous les devoirs du fonctionnaire et notamment l’obligation de réserve et de discrétion professionnelle, voire de secret professionnel, le cas échéant.
Il contribue :
– à la bonne marche des actions de coopération des partenaires techniques et financiers, qu’il accueille, introduit et conseille ;
II est le point focal des coopérations avec les administrations françaises, en lien avec Expertise France en République démocratique du Congo et l’Ambassade de France. II peut, et selon les mêmes modalités, organiser des voyages d’étude en France ou dans d’autres pays pour les collaborateurs du ministère ou le Ministre lui-même.
Livrables et suivi-évaluation de la prestation
Le principal livrable attendu de l’appui de l’ETI est l’appui au rajeunissement de l’administration et une gestion axée sur la performance, concrétisés par l’obtention de résultats mesurés et durables.
A ce livrable principal sont associés d’autres livrables immédiats
Intitulé Contenu Délai de soumission
Note de prise de fonction Document méthodologique explicitant :

  •  la compréhension des attentes du Ministère et des enjeux nationaux
  • le plan d’actions détaillant les activités prévues, les acteurs et les bénéficiaires, le calendrier et les indicateurs de réalisation et de résultat (ce document précisera les outils qui pourront être développés dans le cadre de la mission).
Au maximum 2 mois après la prise de fonction de l’expert
Rapport d’activité Contexte de la mission
Difficultés rencontrées et solutions appliquées
Etat d’avancement du plan d’actions (prévu / réalisé / anticipé)
Documents de travail, méthodes élaborées, outils développés en annexe.
A la fin de chaque semestre.
Rapport final d’activité Bilan de l’appui, résultats en termes de renforcement des capacités obtenus, évalués suivant les indicateurs retenus
Difficultés rencontrées et solutions appliquées
Recommandations à court et moyen terme pour une amélioration des capacités des acteurs.
A la fin de la mission (à soumettre maximum un mois avant la fin d’exécution de la mission).
La pertinence et les résultats de l’action de l’expert technique sont évalués par le Ministre et Expertise France, qui en cas d’insuffisance saisit le directeur de l’agence de l’AFD en République démocratique du Congo. L’ETI produit par ailleurs des rapports d’activité destinés au ministère de la fonction publique et à Expertise France, qui les validera avant leur transmission à l’AFD selon la fréquence définie dans la convention de financement.
Le ministère de la fonction publique met à la disposition de l’ETI un bureau équipé en mobilier (bureau, table de réunion, meubles de rangement, chaises, réfrigérateur et climatisation), en téléphone fixe et en connexion internet.
L’AFD finance, via son opérateur Expertise France, employeur, la rémunération et les coûts accessoires de l’ETI pour une période de 24 mois, à savoir :
– un ordinateur portable ;
– une imprimante-scanner ;
– des consommables bureautiques (logiciels, toner, disque dur externe et/ou clés USB) ;
– des fournitures de bureau (papier…) ;
– d’un abonnement et consommation téléphonique (mobile) et internet ;
– des frais de déplacement de l’ETI indispensables à l’accomplissement de ses missions à l’intérieur (15 jours par an) et à l’extérieur du pays (10 jours par an)
Lieu de la mission : Kinshasa, République Démocratique du Congo
-Durée de la mission : 1 an, renouvelable une fois
-Date de prise de fonction : Eté 2019
-Type de contrat : contrat de travail de droit privé (les agents publics seront détachés auprès d’Expertise France pour la durée de la mission)
-Rémunération établie d’après la politique de rémunération d’Expertise France
Documents à fournir
-CV
-Lettre de motivation
Merci d’indiquer la référence RDC-ENA dans l’objet de votre mail de candidature.
NB : Les candidat(e)s intéressé(e)s par cette opportunité sont invité(e)s soumettre leur dossier dans les meilleurs délais, Expertise France se réservant la possibilité de procéder à la présélection avant cette date.

Laisser un commentaire