Burkina Faso

LuxDev recrute 01 Expert International en Formation Professionnelle

LuxDev recrute 01 Expert International en Formation Professionnelle

Expert International en Formation Professionnelle
Informations
Référence: HR19-BKF026-L-RAE
Lieu de travail: Burkina Faso
Date de démarrage: 01.11.2019
Durée: 50 months
Deadline: 15.09.2019
Contexte
Depuis 2011, les partenaires techniques et financiers (PTF) que sont les Coopérations luxembourgeoise, française, autrichienne, suisse, monégasque et taïwanaise se sont coordonnés pour appuyer le secteur de l’enseignement et de la formation techniques et professionnels (EFTP) au Burkina Faso. Cette coordination a fait émerger un Programme d’appui à la politique sectorielle, le PAPS, doté de 23,8 millions d’EUR. Il a été exécuté entre 2012 et 2018. Fort de cette expérience et sur requête du Gouvernement burkinabè, les PTF ont décidé de la formulation d’un nouvel appui dénommé « Appui à la Politique sectorielle (APOSE) de l’EFTP » sur la période 2018-2023.
L’objectif global de l’APOSE « améliorer la disponibilité et l’employabilité des ressources humaines » correspond à l’un des effets attendus du Plan national de développement économique et social (PNDES).
Ce plan pose comme défi majeur la transformation structurelle du pays, en termes économique et social. Il est organisé en trois axes : (i) réformer les institutions et moderniser l’administration ; (ii) développer le capital humain, (iii) dynamiser les secteurs porteurs pour l’économie et les emplois.
L’accès à la formation, déjà pris en compte dans le premier axe, est un objectif central du second. Le PNDES est décliné dans des politiques sectorielles dont celle de l’éducation et de la formation (PSEF, 2017-2030). L’APOSE/EFTP est aligné sur le plan d’actions triennal (PAT) du sous-secteur de l’enseignement et de la formation techniques et professionnels en adoptant son cadre logique et ses trois programmes (composantes) :
Composante 1« Accroître l’offre de l’EFTP dans les secteurs économiques prioritaires au profit des jeunes et adultes » ;
Composante 2 « Améliorer l’efficacité́ interne et externe de l’EFTP (et de l’insertion) par des formations de qualité́, en vue de disposer d’un capital humain compétitif et productif » ;
Composante 3 « Asseoir un dispositif efficace et efficient de pilotage et de coordination des activités de l’EFTP ».
Toutefois l’intervention ne finance pas l’ensemble du PAT mais des actions ciblées, prioritaires et porteuses de résultats rapides pour les publics cibles de l’appui que sont les jeunes, les filles et les femmes. La priorité est ainsi donnée à la réalisation d’actions de formations qualifiantes et certifiantes, à forte employabilité et de courte durée, le Burkina Faso étant un pays à forte croissance démographique et les structures actuelles ne permettent pas de former tous les jeunes qui arrivent chaque année aux portes des centres de formation.
Les parties prenantes de l’appui sont pour les principales le ministère de le Jeunesse et de la Promotion de l’Entrepreneuriat des Jeunes (MJPEJ), le ministère de l’Éducation nationale et de l’Alphabétisation (MENA-PLN), le Fonds d’Appui à la Formation professionnelle et à l’Apprentissage (FAFPA), les chambres consulaires, les organisations professionnelles, le Conseil national du Patronat burkinabè (CNPB), l’Agence nationale de la Formation professionnelle (ANFP) une fois créée, l’Office national de l’Emploi et de la Formation (ONEF), les centres et établissements de formation publics et privés. Ces institutions contribueront à améliorer la gouvernance sectorielle, la concertation, le financement et le pilotage du sous-secteur en vue de développer une offre pertinente de formation professionnelle et rendre le système plus performant.
Les mécanismes de mise en œuvre de se fondent sur six piliers : (i) un alignement très élevé sur le PAT et les procédures nationales de gestion des finances publiques, (ii) un alignement sur les institutions formant le système de formation, (iii) une approche par les résultats imposée à toutes les activités de l’appui, (iv) la mise en place d’une aide budgétisée à travers un compte d’affectation spéciale au trésor (CAST) gérée par le MJPEJ, (v) la mise en place d’une assistance technique pour appuyer la maîtrise d’ouvrage ; (vi) une décentralisation au sens large des financements vers les pôles opérationnels de la formation et les acteurs présents sur les territoires économiques en contact avec les entreprises.
Le CAST – Appui à la formation professionnelle – vise à appuyer la mise en œuvre de la politique nationale de l’EFTP sous la forme d’un instrument assimilé à un appui budgétaire sectoriel. Les mécanismes opérationnels et financiers seront conçus dans le but d’aligner les objectifs stratégiques de l’APOSE/EFTP sur la politique sectorielle nationale et d’apporter un financement qui vient en complément du budget de l’État. Les principes et les procédures de gestion du fonds seront régis par la règlementation financière au Burkina Faso. Il sera actionné par les services administratifs du MJPEJ selon les procédures budgétaires et comptables ordinaires de l’État. Il fait l’objet, en plus des contrôles ordinaires des services de l’État, d’audits spécifiques annuels. Un Protocole de Financement Commun (PFC), signé par le ministère de l’Économie, des Finances et du Développement (MINEFID), le MJPEJ et les PTF, définit les modalités d’utilisation des fonds du CAST.
La mise en œuvre de l’APOSE/EFTP sera réglée par un manuel de procédures qui fixera pour le moins des procédures d’opération (procédés), de gestion, une démarche qualité, ainsi que l’ensemble des dispositions permettant de gérer les risques fiduciaires et opérationnels.
Le dispositif de mise en œuvre répond aux principes de l’approche programme. Une forte durabilité institutionnelle est ciblée en raison de l’ancrage et de l’alignement de l’appui, de l’accompagnement du transfert de compétences aux collectivités territoriales et du renforcement de leur maîtrise d’ouvrage par les services techniques déconcentrés et le FAFPA.
D’une durée de 60 mois, et d’un montant de 28 398 122 EUR pour la contribution des partenaires techniques et financiers, l’appui interviendra sur l’ensemble du territoire.
En cohérence avec la réforme de la gestion des finances publiques au Burkina Faso, l’appui sera rattaché au niveau du programme budgétaire formation professionnelle du MJPEJ. Un dispositif d’assistance technique accompagnera les principales structures actrices et cibles de l’appui avec un mandat fort de renforcement de capacités sur l’ensemble de leurs missions. Ce dispositif comprend :
un expert international en formation professionnelle ;
un expert international en renforcement des capacités institutionnelles et organisationnelles ;
un expert national en finances publiques et appui institutionnel.
La présente annonce concerne le recrutement d’un expert international en formation professionnelle, basé à Ouagadougou en appui aux structures centrales du MJPEJ et du MENA-PLN, au FAFPA, au CNPB, aux chambres consulaires, dénommé Expert en formation professionnelle.
Objectifs de la mission
L’APOSE sera mis en œuvre en exécution nationale en s’alignant sur les processus de planification, de programmation, d’exécution, de suivi-évaluation, de rapportage et de pilotage du MJPEJ. Il s’alignera également sur les procédures nationales avec cependant certaines dérogations qui seront consignées dans le manuel de procédures.
La stratégie d’intervention est d’accompagner et de renforcer le MJPEJ, le FAFPA, l’ANFP, la DG/EFTP du MENA, les chambres consulaires et le CNPB pour mettre en œuvre la politique nationale de l’EFTP. Ce renforcement doit être structurant c’est-à-dire renforcer les bases des fonctions stratégiques, à savoir :
la coordination du sous-secteur de l’EFTP ;
le cadre de programmation budgétaire ;
l’exécution administrative et financière ;
l’exécution technique ;
le suivi-évaluation incluant les systèmes sectoriels d’information.
Dans ce sens, l’Expert aura pour but d’appuyer l’implémentation de la réforme de la formation professionnelle et de renforcer les capacités du MJPEJ et des autres acteurs concernant l’approche sectorielle. Il s’agira de contribuer au renforcement des outils et des ressources humaines afin de faciliter l’orientation et le pilotage du sous-secteur de l’EFTP au Burkina Faso.
Responsabilités
L’Expert aura un rôle d’accompagnement, de facilitation, mais également d’appui technique et de contrôle auprès des directions du MJPEJ, du FAFPA, de la DG/EFTP du MENA, des chambres consulaires et du CNPB. Sa principale fonction sera de contribuer au renforcement des capacités et au transfert de compétences. Il appuiera tout particulièrement la DGFP, le FAFPA, l’ANFP, la DG/EFTP, les chambres consulaires et le CNPB dans leurs missions d’implémentation de la réforme du sous-secteur de l’EFTP. Il assurera la mise en œuvre de la démarche méthodologique préconisée pour assurer une démarche participative / inclusive à tous les niveaux, la pérennité des actions mises en œuvre et le renforcement de capacité des différentes entités en charge de la mise en œuvre de la PN/EFTP.
Plus particulièrement, l’Expert sera en charge de :
l’appui au MJPEJ dans la coordination d’ensemble de l’appui technique lié au sous-secteur de la formation technique et professionnelle;
le suivi administratif de l’appui (rapportage, coordination, représentation)
le suivi des résultats et de la consommation des ressources ;
l’animation de l’APOSE;
l’appui technique sur les sujets ETFP dans les divers chantiers ;
le recrutement et le pilotage des expertises perlées ;
les propositions d’ajustements et d’amélioration dans la mise en œuvre des activités ;
avec les autres assistants techniques permanents et perlés, l’appui à la mise en œuvre et du rapportage relatifs aux trois composantes de l’APOSE.
L’Expert contribuera à renforcer les capacités des structures mobilisées dans le cadre de l’APOSE et les dispositifs dans ce domaine.
L’Expert appuiera la planification annuelle, technique et financière des activités du FAFPA. Il conseillera et appuiera la définition et la mise en œuvre des mécanismes de suivi et d’évaluation des activités du FAFPA, des chambres consulaires et du CNPB. Il devra aussi contribuer aux dynamiques liées aux réformes et à son développement institutionnel.
Qualifications
niveau Bac+5 en gestion-administration, économie, sociologie, sciences de l’éducation, ingénierie de la formation ou toute autre formation pertinente pour ce poste ;
dix (10) d’expérience professionnelle dont au moins 5 ans dans le sous-secteur de l’enseignement et/ou de la formation techniques et professionnels.
L’Expert devra se prévaloir de bonnes connaissances et d’expériences dans les domaines suivants :
une excellente connaissance du processus de planification, programmation, suivi-évaluation et rapportage;
compétence avérée en gestion axée sur les résultats ;
capacité de négociation et de relations institutionnelles ;
connaissance des problématiques de la formation professionnelle et de l’employabilité des jeunes en Afrique et notamment dans la sous-région Ouest-africaine ;
le conseil aux décideurs des institutions d’administration publique ;
une bonne connaissance des partenariats publics privés.
L’Expert devra prouver qu’il connaît et comprend les questions transversales pertinentes (gouvernance pour le développement, égalité de genre, environnement et changement climatique), et de la mise en œuvre des outils qui y sont liés dans un contexte de développement.

A propos de l'auteur

Administrateur

Pour publier des offres d'emploi sur Concoursn.com, veuillez les envoyer à moussakayre@gmail.com
Pour voir le résumé des offres au Sénégal chaque jour, veuillez vous abonner à ma chaine youtube '' Moussa Kayré '' https://www.youtube.com/c/moussakayre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :