Cote d'Ivoire

La BAD recrute 01 Économiste supérieur chargé de l’agriculture et du développement

La BAD recrute 01 Économiste supérieur chargé de l’agriculture et du développement, AHFR2 « être ressortissants d’un des pays membres de la BAD »

La Banque Africaine de Développement (BAD)

Abidjan, Côte d’Ivoire
Banque et Assurances

Économiste supérieur chargé de l’agriculture et du développement, AHFR2
Titre du poste: Économiste supérieur chargé de l’agriculture et du développement, AHFR2
Grade: PL5
Poste N°: 50063975
Référence: ADB/20/140
Date de clôture: 23-oct-2020
Lieu d’affectation: Abidjan, Côte d’Ivoire
Objectifs
LA BANQUE :Créée en 1964, la Banque africaine de développement est la première institution panafricaine de développement. Elle a pour mission de promouvoir la croissance économique et le progrès social dans l’ensemble du continent. La Banque compte 81 pays membres, dont 54 pays africains (les Pays membres régionaux). Le programme de développement de la Banque vise à fournir l’appui financier et technique aux projets porteurs de transformation qui permettront de réduire sensiblement la pauvreté grâce à une croissance économique inclusive et durable en Afrique. Pour davantage se concentrer sur les objectifs de la Stratégie décennale (2013‑2022) et réaliser un plus grand impact sur le développement, Cinq grandes priorités (High 5) dans lesquels les interventions devront s’intensifier pour accélérer l’obtention de résultats en Afrique ont été identifiées, à savoir : l’énergie, l’agro-industrie, l’industrialisation, l’intégration et l’amélioration de la qualité de vie des populations africaines.

LE COMPLEXE :La Vice-présidence chargée de l’agriculture, du développement humain et social est un complexe sectoriel axé sur les objectifs prioritaires « Nourrir l’Afrique » et « Améliorer la qualité de vie des populations africaines » des High 5 de la Stratégie décennale de la Banque. Le Complexe vise à : i) élaborer la politique et la stratégie dans ce domaine ; ii) fournir une solide expertise sectorielle aux régions, en constituant une réserve de personnes expérimentées pouvant être consultées pour leur expertise sur les transactions complexes ; iii) mettre au point de nouveaux instruments de financement ; iv) servir de porte-parole de la Banque en la représentant auprès des parties prenantes externes et en intervenant sur les aspects de l’objectif prioritaire « Nourrir l’Afrique » et « Améliorer la qualité de vie des populations africaines ».

LE DÉPARTEMENT/LA DIVISION QUI RECRUTE :Le Département du financement de l’agriculture et du développement rural travaille en étroite collaboration avec le Département de l’agriculture et de l’agro-industrie et les directions régionales pour soutenir la mise en pratique des principes énoncés dans le document intitulé « Nourrir l’Afrique : Stratégie pour la transformation agricole en Afrique 2016-2025 ».

La principale mission du Département du financement de l’agriculture et du développement rural est d’élaborer la stratégie de la Banque relative au financement agricole et rural et au développement rural, de représenter la Banque auprès des parties prenantes externes, de fournir une solide expertise sectorielle aux régions en rassemblant des experts pouvant être consultés sur les transactions et de résorber le déficit de financement pour faciliter le développement des chaînes de valeur agricole induit par le secteur privé. Le Département doit mobiliser et déployer l’expertise requise, et soutenir la conception et la mise en œuvre des opérations de finance agricole et de développement rural pour le compte des chaînes de valeur des principales matières premières. Le Département du financement de l’agriculture et du développement rural comprend deux divisions, à savoir i) la Division de l’agriculture et de la finance rurale et ii) la Division du développement de l’infrastructure rurale.
Les prestations ci-après sont attendues de la Division du développement de l’infrastructure rurale :Mise au point d’instruments innovants et de haute qualité pour les infrastructures rurales à intégrer dans les projets ;
Définition des modalités de mise en œuvre pratique avec les principaux partenaires d’exécution ;Gestion du savoir, notamment les meilleures pratiques en matière d’infrastructures rurales ;Création d’un environnement propice et conclusion d’alliances avec les principales parties prenantes ;Suivi des performances et recommandation de mesures correctives. LE POSTE :
L’Économiste supérieur chargé de l’agriculture et du développement aura pour mission d’apporter son soutien à la mise en œuvre du programme de développement des infrastructures rurales de la Banque en général, et du programme phare de développement des zones spéciales de transformation agro-industrielle (DZSTA) en particulier. Il devra également prêter son concours à la mise en œuvre de la stratégie « Nourrir l’Afrique », stratégie pour la transformation agricole en Afrique entre 2016 et 2025. La stratégie Nourrir l’Afrique contribue à la réalisation de la vision de la Banque africaine de développement — telle que définie dans sa stratégie décennale et plus largement détaillée dans les Cinq grandes priorités des High 5 — qui est de devenir la principale institution financière de développement en Afrique, engagée à fournir une assistance de qualité aux pays membres régionaux dans leurs efforts de croissance économique. L’objectif de la stratégie est de transformer l’agriculture africaine à travers 18 chaînes de valeur prioritaires dans cinq zones agroécologiques ciblées. La transformation nécessitera le recours aux sept éléments catalyseurs suivants :

Œuvrer pour l’augmentation de la productivité en favorisant le développement de systèmes efficaces de distribution des intrants et la réduction des pertes et des déchets après récolte ;Valoriser les gains obtenus grâce à l’augmentation de la production en facilitant l’investissement dans les marchés de production et en soutenant le développement d’incitations du marché en vue de la création de valeur ajoutée ;Accroître l’investissement dans des infrastructures habilitantes, aussi bien matérielles qu’immatérielles ;Créer un environnement favorable à l’agro-industrie par la mise au point de politiques et de réglementations appropriées ;Veiller à l’optimisation des flux de capitaux (en particulier les prêts commerciaux et les investissements privés) en faveur des entreprises agricoles de grande envergure ;Assurer l’inclusion, la durabilité et la qualité nutritionnelle à un niveau supérieur de celui des produits autrement proposés par le marché ;Coordonner les activités propres au processus de lancement de la transformation, aligner les activités et les investissements des différents acteurs, et orienter les activités initiales jusqu’à ce que les acteurs du secteur privé puissent être intégrés.L’initiative de développement des zones spéciales de transformation agro-industrielle (DZSTA) est l’un des programmes phares identifiés dans le cadre du programme de transformation agricole en Afrique, qui vise à soutenir ou à créer des réseaux des acteurs du secteur agro-industriel : regroupement de producteurs, entreprises agro-industrielles, commerçants et autres acteurs privés et publics engagés dans le secteur agroalimentaire, qui travaillent en étroite collaboration et créent des réseaux de valeur, de manière formelle ou informelle, dans le but de relever des défis communs et de saisir des opportunités communes.
Fonctions et responsabilitésSous la supervision générale du chef de la division AHFR.2 et des chefs de projet, l’économiste en charge de l’agriculture et du développement aura pour mission d’apporter son soutien à l’élaboration et à la mise en œuvre des programmes de développement des zones spéciales de transformation agro-industrielle (DZSTA) dans les pays membres régionaux de la Banque. Il devra, à cette fin, fournir un appui technique aux activités opérationnelles du Groupe de la Banque relatives à l’agriculture et au développement rural, en examinant la conception technique des projets/programmes agricoles devant bénéficier du financement de la Banque ainsi que les dispositions institutionnelles prises à leur égard et en évaluant la faisabilité desdits projets et programmes du point de vue de l’impact des avantages présents et futurs. Le titulaire de ce poste assumera notamment les fonctions suivantes :
S’acquitter des tâches professionnelles, notamment l’identification, la préparation, l’évaluation ou la supervision de la mise en œuvre des projets et assurer le suivi des études sectorielles financées par la Banque, contrôler les systèmes de passation des marchés et de décaissement des fonds alloués aux projets ainsi que les systèmes d’établissement des rapports pour s’assurer de leur conformité avec les règles de procédure de la Banque ; ou faire en sorte que ces tâches soient entreprises par les partenaires des institutions sœurs telles que la FAO, le FIDA, la BOAD, la Banque mondiale ;Participer à l’élaboration de la stratégie et de la politique sectorielle ;Participer et apporter son concours technique, selon les besoins, aux activités d’évaluation relevant du secteur agricole, à la formulation des projets de développement agricole et rural, aux missions et à l’établissement de rapports d’évaluation à mi-parcours et d’achèvement des projets ;Participer à l’évaluation et à l’élaboration des projets de développement agricole et rural et des termes de référence relatifs aux travaux devant bénéficier d’un financement du Groupe de la Banque ;Contribuer à la préparation des documents de stratégie pays et des revues de portefeuille, en ce qui concerne le secteur de l’agriculture et du développement rural ;Examiner les documents de passation des marchés des pays membres régionaux conformément aux procédures de passation des marchés du Groupe de la Banque et faire des propositions d’action pour la Banque et les organes d’exécution ;Passer en revue les résultats des études de faisabilité et les rapports d’avancement des projets et formuler des propositions d’action à l’intention de la Banque et des agences d’exécution ;Fournir des conseils techniques à la Division chargée des décaissements à la Banque sur l’éligibilité des dépenses liées aux projets ;Préparer les termes de référence des consultants et procéder à leur sélection pour des missions spécifiques et superviser les aspects techniques de leur travail ;Engager des négociations sur les projets avec les délégations des pays membres régionaux et défendre les projets devant le Conseil d’administration ;Interagir — en donnant et en échangeant des idées, en prodiguant des conseils, et en fournissant des explications — avec le chef de division, le personnel de la division, les unités de gestion des projets, les autres financiers et les homologues d’autres institutions multilatérales ;Travailler en étroite collaboration avec les départements de la Banque chargés du secteur privé et de l’inclusion financière afin de créer un environnement des DZSTA solide bénéficiant du soutien financier nécessaire ;Aider les pays membres régionaux à identifier, préparer et évaluer les opérations du sous-secteur DZSTA en mettant l’accent sur la valeur ajoutée des produits de base et la réduction des pertes après récolte ;Travailler en collaboration avec les pays membres régionaux pour mettre en valeur les capacités existantes en matière de promotion des exportations et renforcer le système d’industrialisation par substitution aux importations ;Entreprendre toute autre mission qui lui serait confiée par le chef de la division (AHFR.2).
Critères de sélectionÊtre titulaire d’au moins un master 2 (ou d’un diplôme équivalent) en économie agricole, agro-industrie, agroalimentaire, sciences agricoles ou dans un autre domaine connexe.Avoir une expérience pertinente d’au moins cinq (5) ans (y compris dans des institutions multilatérales de développement) dans la gestion du cycle de projet, en qualité d’économiste agricole.Justifier d’une expérience pratique en matière de développement et de mise en œuvre de projets dans le domaine de l’agriculture et de l’agro-industrie.Faire preuve d’une grande compétence en matière d’évaluation des investissements et de modélisation financière dans les secteurs de l’agriculture et de l’agro-industrie.Avoir une expérience de travail en Afrique est une condition indispensable.Être capable de travailler dans un esprit d’équipe pour atteindre des objectifs définis dans des contextes multiculturels internationaux.Avoir la capacité de gérer des demandes/priorités multiples, simultanées et changeantes dans des délais serrés et d’assurer la coordination du travail des autres.Être capable d’établir des partenariats avec un large éventail de clients et d’obtenir des résultats qui répondent aux besoins et aux intérêts à long terme des clients à l’intérieur et à l’extérieur de la Banque.Faire preuve de capacité à prendre des initiatives, à innover, à s’adapter et à prendre des décisions intelligentes ; à créer, appliquer et partager des connaissances ; à partager l’expertise et les leçons apprises ; à se développer et à développer les autres ; à étendre les réseaux ; à favoriser la collaboration au sein des équipes et au-delà des frontières ; à être ouvert à tous et à agir en personne responsable vis-à-vis de l’Institution.Être capable de communiquer efficacement à l’écrit et à l’oral en français ou en anglais, avec une bonne connaissance pratique de l’autre langue.Avoir une bonne maîtrise des applications courantes de Microsoft Office (Word, Excel, Access, PowerPoint).
CE POSTE BÉNÉFICIE DU STATUT INTERNATIONAL ET OUVRE DROIT AUX CONDITIONS D’EMPLOI Y AFFÉRENTES
Si vous rencontrez des difficultés techniques lors de l’enregistrement de votre candidature, veuillez envoyer un courriel avec une description précise du problème et/ou en envoyant une capture écran indiquant le problème à : HR Direct HRDirect@AFDB.ORG(le lien envoie un courriel).
Pour postuler à ce poste, vous devez être ressortissants d’un des pays membres de la BAD.
Seul(e)s les candidat(e)s qui auront satisfait à toutes les exigences du poste et qui auront été retenu(e)s pour les entretiens seront contacté(e)s. Seuls les dossiers de candidature enregistrés en ligne avec un curriculum vitae (CV) complet et copies des diplômes requis joints seront examinés. Le Président de la BAD se réserve le droit de nommer un candidat à un grade inférieur à celui du poste annoncé. La Banque africaine de développement est un employeur garantissant l’égalité des chances et les candidatures féminines sont vivement encouragées.
Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) ne perçoit aucun frais ou contribution de quelque nature que ce soit des candidats tout au long de son processus de recrutement (dépôt ou traitement de la candidature, entretien d’embauche, etc.). En outre, le Groupe de la Banque ne demande aucune information relative aux comptes bancaires des candidats. Le Groupe de la Banque africaine de développement décline toute responsabilité de publications frauduleuses d’offres d’emploi en son nom ou, de manière générale, d’utilisation frauduleuse de son nom de quelque manière que ce soit.POSTULER

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :