Amérique Latine

Humanity & Inclusion  recrute 01 Spécialiste régional de la violence basée sur le genre

Humanity & Inclusion  recrute 01 Spécialiste régional de la violence basée sur le genre pour l’élaboration d’une proposition conceptuelle

PROJET SUR LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS : PAYS ANDINS / AMÉRIQUE LATINE

 

TERMES DE RÉFÉRENCE

 

CONSULTANCESpécialiste régional de la violence basée sur le genre pour l’élaboration de la proposition conceptuelle et méthodologique, la revue de la littérature, l’identification, la cartographie et la classification des expériences dans la région, et la systématisation et l’analyse de l’information.

 

Date : 13-01-2020

MANDAT ET PORTÉE DES SERVICES

1.              TITRE ET BRÈVE DESCRIPTION DU PROJET

Humanity & Inclusion (HI) est une organisation internationale de solidarité non gouvernementale, indépendante et impartiale, qui travaille dans des contextes de pauvreté et d’exclusion, de conflits et de catastrophes dans 56 pays. Elle est co-lauréate du prix Nobel de la paix 1997. Le programme de HI pour l’Amérique latine met en œuvre des actions directes en Colombie, en Bolivie, au Pérou et à Cuba et agit par l’intermédiaire de partenaires dans plusieurs autres pays de la région. Elle développe des projets dans des domaines tels que l’insertion socio-économique des personnes handicapées, le déminage humanitaire, les droits sexuels et reproductifs, la réhabilitation et la gestion des risques de catastrophes, entre autres. Il a plus de 35 ans d’expérience de travail avec les populations vulnérables telles que les personnes handicapées et travaille sur la question de la violence contre les personnes handicapées en Afrique, en Asie, au Moyen-Orient et en Amérique latine.

 

Les personnes handicapées ont acquis une plus grande visibilité dans le monde entier depuis l’adoption de la Convention relative aux droits des personnes handicapées (CDPH) en 2006 ; et dans le cas de l’Amérique latine et des Caraïbes, avec l’adoption du Consensus de Montevideo sur la population et le développement en 2013. Dans ce contexte, le FNUAP a entrepris une série d’efforts pour contribuer à la promotion et à la consolidation des droits des personnes handicapées, en particulier de leurs droits sexuels et reproductifs, et du droit à une vie exempte de discrimination et de violence ; cette stratégie est incarnée dans la stratégie du PAI -Visibilisation, Inclusion et Participation- pour promouvoir les droits des personnes handicapées en Amérique latine et dans les Caraïbes 2019 – 2021.

 

Le rapport mondial de la Banque mondiale et de l’Organisation mondiale de la santé a estimé qu’en 2009, il y avait environ 50 millions de personnes handicapées en Amérique latine et dans les Caraïbes (OMS-Banque mondiale, 2011). Bien que les données disponibles soient rares et incomplètes, on estime que 12 % de la population de la région souffre d’au moins un handicap (CEPALC, 2013).

 

L’état de handicap des personnes n’est pas marqué par des problèmes ou des caractéristiques personnelles, mais par la somme d’un certain état de la personne, plus les obstacles environnementaux, sociaux ou de discrimination, qui causent la situation de handicap. La CDPH définit le handicap comme ” un concept évolutif résultant de l’interaction entre les personnes ayant des déficiences et les barrières comportementales et environnementales qui entravent leur pleine et effective participation à la société sur la base de l’égalité avec les autres. Par conséquent, le handicap résulte de cette interaction (entre les personnes atteintes de déficiences physiques, mentales, sensorielles) et de l’environnement. Tous les rapports internationaux mettent en évidence les fortes lacunes dans l’accès à l’éducation, à la santé et aux possibilités de développement pour les personnes handicapées. ” Les préjugés, les tabous, la stigmatisation et le paternalisme à l’égard des personnes handicapées sont le principal obstacle à l’accès à leurs droits. Les personnes handicapées ressentent et veulent les mêmes choses que tout le monde. Ils aiment, sont aimés, ont des relations sexuelles et sont exposés à des risques comme tout le monde[1].

 

Le genre est souvent, avec la pauvreté, l’un des plus importants déterminants des désavantages et de l’inégalité dans la vie des gens, et cette situation est exacerbée dans le cas des femmes et des filles handicapées, car il y a un effet cumulatif résultant des désavantages structurels qui sont générés par les déterminants du genre et le statut d’invalidité. Alors que la plupart des personnes handicapées vivent avec des obstacles qui les empêchent d’accéder aux droits fondamentaux et de participer à la société sur un pied d’égalité, la réalité des filles et des femmes handicapées est souvent beaucoup plus grave[2].

 

Selon les données des Nations Unies (2016), jusqu’à 7 femmes handicapées sur 10 ont déclaré avoir subi des violences physiques et/ou sexuelles à un moment donné de leur vie ; jusqu’à 50 % de ces agressions ont été commises contre des filles handicapées de moins de 16 ans. D’autre part, il a été démontré que la violence contre les femmes et les filles handicapées est quatre fois plus grave que dans la population générale, surtout lorsqu’elles se trouvent dans des situations d’isolement, comme c’est le cas des femmes institutionnalisées et de celles qui vivent dans les zones rurales.

 

La violence contre les femmes et les filles handicapées peut prendre de nombreuses formes, notamment coercition économique ; trafic ; désinformation ; abandon ; négligence ; refus d’accès aux médicaments ; absence de consentement libre et éclairé ; retrait des supports de communication ou refus d’aide à la communication ; refus de mobilité personnelle ; refus des soignants d’aider aux activités quotidiennes, telles que le bain, la gestion des menstruations, l’habillage et l’alimentation, ce qui entrave l’exercice du droit de vivre de façon indépendante et de ne pas subir de traitement dégradant ; intimidation, agression verbale et ridicule en raison d’un handicap ; manipulation psychologique ; abus sexuels, exploitation sexuelle à des fins commerciales, violence aux droits sexuels et reproductifs, tels que stérilisations forcées, avortements forcés ou non consentis, entre autres.[3]

 

D’autre part, il est important de souligner que la violence à l’égard des femmes peut également générer des conditions de handicap pour les femmes, comme conséquence directe de la violence, en raison des dommages à la santé et à l’intégrité physique et psychologique subis dans une situation de violence ; de nombreuses femmes sont handicapées à la suite de la violence qu’elles ont subie.

 

Dans notre région, il y a très peu d’initiatives qui traitent de la violence sexiste et du handicap de manière transversale. Les lois et les politiques relatives au handicap ont négligé les aspects liés aux besoins des femmes et des filles. Cela se reflète dans la faible visibilité de la question du handicap dans les organisations et les réseaux qui revendiquent l’égalité des sexes et les droits des femmes, ainsi que dans les rares progrès réalisés dans la sensibilisation à la question du genre et des droits des femmes dans les réseaux et les organisations de personnes handicapées[4].

 

Compte tenu de la réalité susmentionnée, les politiques, plans et projets élaborés pour lutter contre la violence à l’égard des femmes et des filles handicapées ne sont pas suffisants ni suffisamment systématisés. Des approches inclusives et intersectorielles ont été adoptées dans différents pays et il n’existe aucune documentation sur la manière dont la perspective intersectorielle et inclusive a été mise en œuvre dans la prévention, les soins, l’intervention et l’accès à la justice pour les femmes et les filles handicapées dans les situations de violence.

 

En ce sens, il est nécessaire d’identifier, de systématiser, d’analyser de manière critique et de partager les pratiques prometteuses et les modèles reproductibles, qui peuvent servir d’inspiration ou de contribution à un plus grand nombre de pays pour renforcer leur réponse à la violence sexiste, sur la base de preuves, et ainsi enrichir la Communauté de pratique, qui permet le partage des expériences sur des questions difficiles telles que la réponse à la violence contre les femmes et les filles handicapées.

 

  1. JUSTIFICATION DE LA CONSULTATION

 

En coordination avec d’autres organismes des Nations Unies, le bureau du FNUAP en Amérique latine et dans les Caraïbes promeut des processus visant à renforcer la lutte contre la violence sexiste et à accélérer l’obtention de résultats transformateurs qui permettront aux femmes et aux filles de vivre à l’abri de la violence.

 

Le programme régional Spotlight promu dans le cadre du partenariat entre l’Union européenne (UE) et les Nations Unies (ONU) vise à promouvoir des stratégies de prévention et de réponse globale à la violence contre les filles et les femmes et au féminide/féminicide dans la région de l’Amérique latine. Ce programme contribuera à la réalisation des SACO 1, 3, 5 et 16 selon le principe ” Ne laisser personne derrière “, grâce à une stratégie globale et intersectorielle avec des approches interculturelles, intergénérationnelles et intersectionnelles. Le Pilier 1 du Programme régional commun est axé sur : L’adoption et la mise en œuvre du cadre normatif et des politiques publiques pour répondre de manière globale et intersectorielle à la violence contre les femmes et les filles et aux féminicides ; pour cela, le FNUAP a jugé important de mettre en place une communauté de pratique avec les gouvernements, les universités, la société civile et les organismes, afin d’améliorer la réponse à la violence contre les femmes et les filles, sur la base de données factuelles et de l’échange de connaissances et de conseils pratiques entre les pays.

 

Cette communauté de pratique sera également liée au Programme de services essentiels pour les femmes et les filles victimes de violence, qui est un outil permettant aux pays de renforcer les services de lutte contre la violence, afin de fournir une réponse plus efficace, plus globale et mieux coordonnée, fondée sur les normes internationales.

 

En ce sens, on a identifié des questions difficiles et peu abordées ou approfondies afin qu’elles puissent être systématisées, analysées de façon critique et partagées au sein de la Communauté de pratique, afin de contribuer et de renforcer la mise en œuvre des politiques et des programmes visant à améliorer la réponse à la violence sexiste. Parmi les questions identifiées figurent : 1) Le travail de rééducation des agresseurs masculins à partir d’une approche de la masculinité. 2) Modèles inclusifs de réponse à la violence contre les femmes et les filles handicapées 3) Modèles interculturels de réponse à la violence contre les femmes et les filles autochtones 4) Systèmes de protection et voies d’attention efficaces contre la violence sexuelle, en particulier à l’égard des filles et des adolescents. 5) Lier les systèmes de protection de l’enfance aux services de lutte contre la violence à l’égard des femmes, en se fondant sur les liens entre la violence sexiste et la violence à l’égard des enfants.

 

Vous pouvez trouver plus d’informations sur le site :

https://lac.unfpa.org/es

https://www.un.org/es/spotlight-initiative/

 

HI collabore avec le FNUAP pour répondre à la nécessité de systématiser, d’analyser et de partager des modèles inclusifs de réponse à la violence contre les femmes et les filles handicapées dans la région de l’Amérique latine. Cela nécessite les services d’un spécialiste de la violence sexiste et du handicap.

 

  1. PLACE DE RÉALISATION

La coordination de la consultation peut se faire à partir de n’importe quel pays de la région de l’Amérique latine.

 

  1. DURÉE DU SERVICE

Date de début : 01/02/2020

Date de conclusion : 31/08/2020

  1. OBJECTIFS DE CONSULTATION

L’objectif de la consultation est d’identifier, de systématiser, d’analyser de manière critique et de partager les pratiques et modèles prometteurs qui peuvent être reproduits au niveau régional, dans la réponse à la violence sexiste contre les femmes et les filles handicapées.

 

  1. PRODUITS ATTENDUS

*Tous les produits doivent être validés par l’équipe HI et le consultant doit prendre en compte un temps de validation de HI dans son planning de travail.

 

  1. Proposition conceptuelle et méthodologique qui comprend l’examen de la recherche quantitative et qualitative, des évaluations, des entrevues avec des informateurs clés, la recherche d’expériences antérieures ou en cours qui permettent de cartographier, de classer et de systématiser des modèles inclusifs de réponse à la violence faite aux femmes et aux filles handicapées. La proposition doit être élaborée en tenant compte de la stratégie régionale VIP (Visibilizar, Incluir, Participar) qui fournit des orientations pour promouvoir les droits des personnes handicapées dans le cadre des activités du FNUAP en Amérique latine et dans les Caraïbes ; du document de référence de HI intitulé ” Making it work : Good practices for disability-inclusive development and humanitarian action “, à partir duquel des éléments de la méthodologie de HI Making it Work seront adaptés et récupérés pour être appliqués au projet (l’ensemble de la méthodologie ne peut être appliquée en raison de contraintes de temps et de budget) ; et du guide méthodologique de HI intitulé ” Building on Experience “.
  2. Document de cartographie et de classification des expériences dans la région de l’Amérique latine, avec un accent particulier sur l’Amérique centrale, qui comprend les éléments suivants :
    1. Revue de la littérature internationale relative au sujet, modèles d’intervention sur le sujet qui sont considérés comme de bonnes pratiques au niveau international pour déterminer les normes internationales ou les lacunes des expériences dans la région de l’Amérique latine.
    2. Cadre conceptuel et méthodologique qui comprend l’examen de la recherche qualitative et quantitative, l’examen des expériences passées et actuelles, des entretiens avec des femmes handicapées, des experts en la matière, des organisations de personnes handicapées, des services qui s’occupent de la violence et des services publics ou privés qui s’occupent des personnes handicapées, des groupes de référence, entre autres, pour identifier les aspects qui permettent la mise en œuvre de l’approche inclusive et intersectionnelle pour répondre à l’interrelation entre les droits de l’homme, le genre et la condition de handicap.
    3. Cartographie des expériences de travail sur des modèles inclusifs et une approche intersectionnelle de la réponse à la violence contre les femmes et les filles handicapées dans la région de l’Amérique latine, avec un accent particulier sur l’Amérique centrale. Pour cela, ils réalisent des entretiens avec des personnes clés (virtuels et en face à face selon les lieux) ; et deux (2) groupes de discussion dans le cadre de la sélection des pays (2 voyages dans des pays sélectionnés par le consultant et soumis à l’approbation de HI)
    4. Classification des programmes ou modèles, dans les domaines thématiques suivants, qui servent d’exemples et ne sont pas restrictifs mais directeurs :
  • Promotion de la participation et de l’applicabilité des filles et des femmes handicapées dans l’élaboration des politiques publiques, en répondant au besoin historique de : ” Rien sur nous sans nous “.
  • Promotion de l’égalité formelle et réelle des droits, élimination des normes discriminatoires, élaboration de politiques publiques inclusives et mise en œuvre de programmes prévoyant des budgets suffisants, des systèmes de suivi et d’évaluation et l’obligation de rendre compte des effets sur la vie des femmes et des filles handicapées.
  • L’accès à des services inclusifs de soins contre la violence qui permettent de surmonter les obstacles à l’accessibilité, à la disponibilité et à la qualité des soins pour les femmes et les filles handicapées, grâce à l’application de protocoles ou de guides spécialisés, à des services d’interprètes, à l’élimination des obstacles architecturaux et de communication, en tenant compte de la réponse holistique et multisectorielle, en relation avec les différentes formes et manifestations de violence qu’elles subissent.
  • Promotion de normes sociales pour l’égalité des sexes et pour l’élimination de la stigmatisation et de la discrimination à l’égard des filles et des femmes handicapées Il s’agit également de travailler avec les familles, les éducateurs et les interprètes afin qu’ils puissent promouvoir le droit à une vie sans violence.
  • Gestion des connaissances et production de preuves. En recueillant des données ventilées par âge, sexe et handicap, en rendant visible la réalité des filles et des femmes handicapées et la prévalence de la violence à leur égard. D’autre part, la diffusion et l’assurance de la disponibilité d’informations statistiques et d’études approfondies tant pour les organisations de personnes handicapées que pour les décideurs, afin qu’ils puissent mettre clairement en évidence les inégalités et les lacunes.
  • Partenariats et travail conjoint avec des organisations de personnes handicapées pour l’élaboration de politiques et de programmes de prévention et de lutte contre la violence.
  • Accès à la justice, en garantissant les droits des personnes handicapées à accéder aux systèmes juridiques, en formant les fonctionnaires et les opérateurs de la justice à l’approche inclusive, ainsi qu’en assurant la disponibilité de services juridiques de qualité[5].
  • Accès à l’information, promotion de la communication et des mesures technologiques pour améliorer l’accès à l’information sur les services de traitement de la violence, les besoins, les formes de violence, et pour surmonter les obstacles à la capacité des femmes de signaler la violence.
  • Une approche à deux voies, qui permet de mettre en place des programmes spécifiques, mais aussi d’approfondir l’intégration et l’inclusion des besoins des personnes handicapées dans les programmes, plans et politiques, ainsi que dans les normes de prise en charge des services de lutte contre la violence sexiste.

 

L’identification se fera par le biais de sources secondaires, d’informateurs clés. de réseaux d’organisations de personnes handicapées (RIADIS, REDODICEC, Network of Survivors, et autres) et autres. La méthodologie Making it Work développée par HI (https://www.makingitwork-crpd.org/) utilise une approche basée sur les droits pour générer des améliorations durables dans la vie des personnes handicapées, en accord avec les principes de la Convention relative aux droits des personnes handicapées. Cette initiative est fondée sur l’identification de pratiques efficaces ou innovatrices comme preuve pour réaliser des changements positifs dans la vie des personnes handicapées. Au cœur de ce processus, les personnes handicapées valident ce qui fonctionne et utilisent les bonnes pratiques fondées sur des preuves pour renforcer leur plaidoyer afin d’influencer le changement social. Plutôt que de se concentrer sur les violations des droits de l’homme et sur ce qui ne fonctionne pas, MiW se concentre sur ce qui a fonctionné et sur la manière dont il pourrait être reproduit ou ” mis à l’échelle “, en présentant des recommandations constructives et pratiques aux décideurs, aux prestataires de services et aux autres parties prenantes du développement. Bien que la durée et les ressources financières de ce projet ne permettent pas la mise en œuvre de la méthodologie Making it Work dans son intégralité, les éléments pertinents de cette initiative seront sauvés et adaptés afin de mener à bien ce projet.

 

  1. Document publiable systématisant les pratiques prometteuses, les modèles reproductibles et les directives pratiques dans la réponse à la violence contre les femmes et les filles handicapées, basé sur
    1. Sélection et systématisation des pratiques prometteuses et des modèles reproductibles qui permettent une réponse plus efficace à la violence contre les filles et les femmes handicapées, en approfondissant l’approche intersectionnelle et les modèles inclusifs de réponse à la violence sexiste.
    2. Analyse critique avec des femmes leaders handicapées, des organisations de personnes handicapées, des organisations qui travaillent pour répondre à la violence contre les femmes et des fournisseurs de services pour lutter contre la violence sexiste, par le biais d’entrevues ou de groupes de discussion, pour évaluer les pratiques prometteuses, les modèles reproductibles et identifier les principales orientations pratiques dans la réponse à la violence contre les femmes et les filles handicapées, dans une perspective intersectionnelle et inclusive.

 

  1. Documents courts et didactiques (3) sur les pratiques prometteuses, les modèles reproductibles et les directives pratiques dans la réponse à la violence contre les femmes et les filles handicapées.

 

Les questions de migration et de peuples autochtones, qui sont deux points d’intersection importants dans la région de l’Amérique latine aujourd’hui, seront prises en considération de manière transversale, le cas échéant.

 

 

  1. MODALITÉS DE PAIEMENT

Le mode de paiement suivant est convenu à la livraison et à la validation par HI des produits suivants :

 

  • 15 % du montant forfaitaire à la signature du contrat
  • 35 % du montant forfaitaire à la livraison des produits 1 et 2
  • 50 % de la somme forfaitaire à la livraison des produits 3 et 4

 

  1. ACTIVITÉS PRINCIPALES
  2. Elaboration de la proposition conceptuelle et méthodologique
  3. Examen de la documentation régionale et internationale pour déterminer les normes internationales ou les lacunes des expériences dans la région de l’Amérique latine
  4. Participer à la première réunion de la communauté de pratique en février de façon virtuelle
  5. Identifier, cartographier les expériences de la région et présenter les résultats dans un document
  6. Recueillir des informations et effectuer une analyse critique par le biais de sources primaires/secondaires, y compris des entretiens avec des personnes clés (virtuels et en face à face selon le lieu) ; et deux (2) groupes de discussion dans des pays sélectionnés (2 voyages)
  7. Systématisation des expériences/bonnes pratiques/modèles dans un seul document, y compris la classification telle qu’elle est définie dans le présent document
  8. Production du contenu des trois (3) courts documents sur les pratiques prometteuses, les modèles reproductibles et les conseils pratiques pour répondre à la violence contre les femmes et les filles handicapées
  9. Socialisation des résultats avec la communauté de pratique de manière virtuelle

 

  1. PROJET DE BUDGET

Le budget présenté par le consultant doit tenir compte des taxes boliviennes de 12,5 % si l’exécution se fait en dehors de la Bolivie.

En outre, le consultant disposera d’un budget défini pour les voyages et l’organisation de réunions et de groupes de discussion.

 

  1. SUPERVISION

Dans le cadre de la consultance, le consultant collaborera avec l’équipe Humanité & Inclusion, en particulier avec la responsable du projet Droits Sexuels et Reproductifs, Daniela Salas, qui sera sa référence.

 

  1. CONTACTS PRINCIPAUX INTERNES/EXTERNES

Le consultant aura des contacts principalement avec les acteurs suivants :

Les internes :

  • Responsable du projet de santé sexuelle et reproductive (SSR)
  • Directeur de pays Pays andins (HI)
  • Spécialistes de la violence sexiste au siège ; méthodologie Making it Work et autres (HI)
  • Logistique (HI)

 Externe :

  • FNUAP LACRO
  • Organisations de personnes handicapées, réseaux, autorités, ONG, etc.

 

  1. EXIGENCES

LE PROFIL PROFESSIONNEL DU PROPOSANT

 

Formation académique :

  • Diplôme universitaire en sciences sociales, études de genre ou autres sujets liés à la violence sexiste

 

Expérience, connaissances et compétences :

  • Au moins 5 ans d’expérience professionnelle dans le domaine de la violence sexiste, des droits sexuels et reproductifs et/ou une expérience équivalente dans le domaine du handicap, des populations vulnérables, du développement et de la coopération internationale
  • Expérience avérée en matière de violence sexiste et de handicap dans le contexte latino-américain
  • Expérience professionnelle dans la systématisation et la collecte de bonnes pratiques
  • Le travail sur le terrain dans un contexte d’Amérique latine et/ou d’autres pays en développement sur les droits sexuels et génésiques/la violence sexiste à l’égard des personnes handicapées sera apprécié

 

  • Maîtrise de l’espagnol (écrit et oral)

 

DOCUMENTATION REQUISE POUR FAIRE UNE DEMANDE

  • CV du candidat
  • Proposition technique et financière (y compris le plan de travail et la méthodologie)

 

LE PLAN DE TRAVAIL ET LA MÉTHODOLOGIE DU CONSULTANT

La proposition technique soumise par le consultant doit comprendre :

  • Méthodologie de travail détaillée
  • Plan de travail avec calendrier et méthode de mesure des progrès attendus du produit
  • Disponibilité des consultants
  • Expérience du consultant à travailler en équipe avec un autre consultant et à travailler à distance

 

CONDITIONS DE SÉLECTION

L’évaluation des propositions sera effectuée avec les notes suivantes :

  • Qualité de la proposition technique : 50 points
  • Expérience et profil professionnel du consultant : 50 points

 

13.          L’HEURE ET LE LIEU DE PRÉSENTATION DE LA PROPOSITION

La date limite de soumission est le 27 janvier 2020 à l’adresse électronique p.copa@hi.org et c.garron@hi.org

 

14.          PROGRAMME PROPOSÉ

Date d’attribution : 29 janvier 2020

Date de souscription du contrat : 31 janvier

 

HI accordera au soumissionnaire retenu un délai d’un (1) jour ouvrable pour livrer les documents nécessaires à la signature du contrat.

La proposition doit être valable pendant au moins trente (30) jours civils.

 

15.          ASPECTS ADMINISTRATIFS – JURIDIQUES

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Tous les produits réalisés par le consultant, ainsi que les matériels physiques et numériques produits dans le cadre de ce mandat, sont la propriété du consortium Humanity & Inclusion (au nom de l’organisme de financement et du consortium d’exécution) qui a le droit de publier, de diffuser et/ou de modifier ces matériels.

 

LES IMPÔTS LÉGAUX ET LA SÉCURITÉ SOCIALE OBLIGATOIRE À LONG TERME

Si la personne embauchée est basée en Bolivie, elle doit présenter une facture et d’autres documents pertinents pour les services rendus au moment de chaque paiement, sinon Humanity & Inclusion retiendra des impôts conformément à la loi.

Enfin, si le consultant est basé en dehors de la Bolivie, il faut tenir compte des impôts qui s’appliquent à cette situation.

 

LA RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE DU CONSULTANT

Etant donné que le consultant est directement et absolument responsable des activités réalisées et des produits livrés, il doit répondre des résultats de la consultation, y compris pendant les 6 mois qui suivent l’acceptation du rapport final. Par conséquent, au cas où sa présence serait requise pour les clarifications, compléments ou corrections pertinentes, il ne peut pas refuser sa présence.

Si vous ne vous présentez pas à cet appel, Humanity & Inclusion vous informera par écrit de la situation aux fins pertinentes, puisque le service fourni sera effectué au moyen d’un contrat civil.

 

RESPECT DES POLITIQUES INSTITUTIONNELLES D’HUMANITÉ ET D’INCLUSION

Le consultant s’engage à respecter les politiques institutionnelles de Humanity & Inclusion :

  • Code de conduite
  • Politique sur le handicap, le sexe et l’âge
  • Politique de protection de l’enfance
  • Politique des bénéficiaires contre l’exploitation, les abus et le harcèlement sexuels
  • Politique et mécanisme de prévention et de lutte contre la corruption
  • Politique de sécurité
  • Politique de planification, de suivi et d’évaluation des projets

 

ÉTHIQUE, RESPECT, NON-DISCRIMINATION, ENVIRONNEMENT

Humanity & Inclusion se réserve le droit de mettre fin à la consultation à tout moment si le consultant est impliqué dans la fraude, la corruption, le blanchiment d’argent, ou s’il est impliqué dans une organisation criminelle ou toute autre activité illégale, ou s’il est en situation de conflit d’intérêt ou d’abus de pouvoir vis-à-vis des représentants de HI. Humanity & Inclusion se réserve également le droit d’annuler si le fournisseur ne respecte pas les lois internationales sur les droits de l’homme ou les droits fondamentaux du travail tels que définis par l’Organisation Internationale du Travail (OIT), notamment en ce qui concerne l’interdiction du travail des enfants, la non-discrimination dans l’emploi, la liberté d’association et le droit syndical, le respect du salaire minimum et de l’égalité de rémunération, l’interdiction du travail forcé et le respect des horaires et des conditions de travail et d’hygiène. Humanity & Inclusion se réserve également le droit d’annuler à tout moment la consultation si le fournisseur est impliqué d’une manière ou d’une autre dans la dissémination des mines antipersonnel et des bombes à fragmentation (production, commerce, financement, participation, transport, stockage, etc.)), le commerce ou le trafic d’armes (armes de catégorie A ou B selon la loi française n° 2012-304 du 6 mars 2012), ou si vous vous livrez à toute forme de pratiques susceptibles de faire de vous un ” profiteur ” (utilisation du levier économique d’un conflit, abus de position dominante lié à l’existence d’un conflit, etc. Enfin, Humanity & Inclusion s’efforce d’utiliser des techniques et des procédés de production qui respectent les normes fondamentales de protection de l’environnement (notamment en ce qui concerne la déforestation et l’utilisation de produits chimiques qui nuisent à la biodiversité) et attend de ses fournisseurs et prestataires de services un comportement similaire. Humanity & Inclusion se réserve le droit d’utiliser des outils de suivi des fournisseurs internationaux pour vérifier les antécédents et l’implication possible dans des activités illégales ou malhonnêtes.

 

[1] Visibilité, inclusion, participation Stratégie VIP : Lignes directrices pour la promotion des droits des personnes handicapées dans le travail de l’UNFPA en Amérique latine et dans les Caraïbes. FNUAP, 2019.

[2] Rapporteur spécial des Nations Unies sur les personnes handicapées, 2017

[3] Nations Unies, Observation générale n° 3 sur les femmes et les filles handicapées, 2016.

[4] Stratégie de visibilité, d’inclusion et de participation VIP : Directives pour la promotion des droits des personnes handicapées dans le travail de l’UNFPA en Amérique latine et dans les Caraïbes FNUAP, 2019

[5] Jeunes handicapés : Étude mondiale sur l’élimination de la violence sexiste et la réalisation de la santé et des droits en matière de sexualité et de reproduction, UNFPA, 2018.

Personne contact

LE PROFIL PROFESSIONNEL DU PROPOSANT

 

Formation académique :

  • Diplôme universitaire en sciences sociales, études de genre ou autres sujets liés à la violence sexiste

 

Expérience, connaissances et compétences :

  • Au moins 5 ans d’expérience professionnelle dans le domaine de la violence sexiste, des droits sexuels et reproductifs et/ou une expérience équivalente dans le domaine du handicap, des populations vulnérables, du développement et de la coopération internationale
  • Expérience avérée en matière de violence sexiste et de handicap dans le contexte latino-américain
  • Expérience professionnelle dans la systématisation et la collecte de bonnes pratiques
  • Le travail sur le terrain dans un contexte d’Amérique latine et/ou d’autres pays en développement sur les droits sexuels et génésiques/la violence sexiste à l’égard des personnes handicapées sera apprécié

 

  • Maîtrise de l’espagnol (écrit et oral)

 

DOCUMENTATION REQUISE POUR FAIRE UNE DEMANDE

  • CV du candidat
  • Proposition technique et financière (y compris le plan de travail et la méthodologie)

 

LE PLAN DE TRAVAIL ET LA MÉTHODOLOGIE DU CONSULTANT

La proposition technique soumise par le consultant doit comprendre :

  • Méthodologie de travail détaillée
  • Plan de travail avec calendrier et méthode de mesure des progrès attendus du produit
  • Disponibilité des consultants
  • Expérience du consultant à travailler en équipe avec un autre consultant et à travailler à distance

 

CONDITIONS DE SÉLECTION

L’évaluation des propositions sera effectuée avec les notes suivantes :

  • Qualité de la proposition technique : 50 points
  • Expérience et profil professionnel du consultant : 50 points

 

13.          L’HEURE ET LE LIEU DE PRÉSENTATION DE LA PROPOSITION

La date limite de soumission est le 27 janvier 2020 à l’adresse électronique p.copa@hi.org et c.garron@hi.org

 

14.          PROGRAMME PROPOSÉ

Date d’attribution : 29 janvier 2020

Date de souscription du contrat : 31 janvier

 

HI accordera au soumissionnaire retenu un délai d’un (1) jour ouvrable pour livrer les documents nécessaires à la signature du contrat.

La proposition doit être valable pendant au moins trente (30) jours civils.

[subscribe]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :