Centrafrique

FAO recrute 01 Consultant National Principal, Agroéconomiste

FAO recrute 01 Consultant National Principal, Agroéconomiste

FAO

Bangui, Centrafrique
Humanitaire (ONG, Associations, …), Projet/programme de développement

Description de l’emploi – Consultant National Principal, Agroéconomiste (2100254)

Description de l’emploi: 2100254 Consultant National Principal, Agroéconomiste Date de dépublication: 10/févr./2021, 23:59:00Organizational Unit: FRCAFType d’emploi: Travail temporaireType de réquisition: PSA (Accord de services personnels)Grade: N/ALieu principal: République centrafricaine-BanguiDurée: Trois (3) mois, répartis sur la durée du projet.Numéro de poste: N/A
La FAO s’attache à assurer la diversité – parité hommes-femmes, répartition géographique équilibrée et diversité linguistique – parmi son personnel et les consultants internationaux qu’elle emploie, afin de servir au mieux les États Membres dans toutes les régions.
Les femmes et les ressortissants d’États Membres non représentés ou sous-représentés possédant les qualifications requises sont encouragés à présenter leur candidature.
Les personnes handicapées sont également encouragées à présenter leur candidature.Toutes les candidatures seront traitées dans la plus stricte confidentialité.
Cadre organisationnelLes gouvernements du monde entier ont mis en œuvre un large éventail de mesures de prévention et d’atténuation pour contrôler et contenir la propagation de Covid-19 et limiter ses conséquences sanitaires, économiques et sociales. Les impacts économiques potentiels de mesures de confinement complètes et nécessaires sur les ménages pauvres et vulnérables des zones urbaines et rurales sont clairs. En outre, il est de plus en plus reconnu et préoccupé par le fait que les actions politiques pourraient avoir des impacts négatifs importants sur l’ensemble du système alimentaire, en particulier si les politiques ne sont pas coordonnées, incohérentes (entre les secteurs) et fondées sur des preuves limitées. En revanche, il existe des opportunités pour des interventions politiques appropriées afin d’offrir à la fois des avantages à court terme en termes de maintien des systèmes alimentaires et à plus long terme en termes de conduite des transformations indispensables du secteur rural et des systèmes alimentaires en général.

C’est dans cette optique que le Gouvernement centrafricain sollicite l’assistance technique et le soutien de la FAO pour : (i) recueillir des informations sur l’impact de COVID-19 et des mesures d’atténuation connexes sur les systèmes alimentaires ; (ii) développer des réponses politiques efficaces afin de réduire l’impact négatif sur l’approvisionnement, la distribution et la consommation alimentaires, d’une part dans les secteurs de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche ; et (iii) de minimiser les impacts économiques négatifs sur les populations rurales vulnérables, d’autre part.
En collaboration avec le gouvernement, les partenaires nationaux et internationaux, en particulier les agences des Nations Unies et les institutions financières internationales (par exemple, la Banque mondiale), la FAO contribuera aux évaluations d’impact, au suivi continu de ces impacts et à l’identification de réponses politiques solides, garantissant qu’elles sont pleinement alignées avec d’autres réponses sectorielles connexes.
En particulier, la FAO aidera le gouvernement à déterminer l’impact à court terme sur l’offre et la demande alimentaires à travers le pays.
Du côté de l’offre : (i) L’impact des restrictions de transport et des mesures de quarantaine sur l’accès des agriculteurs aux marchés des intrants et des produits, les capacités de production et les points de vente des produits (y compris les implications pour les revenus des agriculteurs et les pertes post-récolte) ; (ii) L’impact potentiel des pénuries de main-d’œuvre résultant des mesures d’atténuation de COVID-19, et les conséquences pour la production agricole et les activités intermédiaires le long de la chaîne de valeur, en particulier pour les cultures à forte intensité de main-d’œuvre et pour les principales activités de transformation et de commercialisation ; (iii) L’impact du transport et des contraintes logistiques connexes sur l’approvisionnement des marchés ruraux et urbains en produits frais, évalué en termes à la fois de réduction de l’offre et d’augmentation des pertes et gaspillages alimentaires ; (iv) L’impact des restrictions commerciales et des contraintes connexes sur les prix des denrées alimentaires (tant pour les productions locales que pour les produits importés).
Du côté de la demande : (i) L’impact sur la sécurité alimentaire des ménages, dus par exemple à la baisse du pouvoir d’achat, notamment chez les groupes les plus vulnérables ; (ii) L’impact de la baisse des revenus sur la consommation alimentaire et la nutrition, en particulier parmi les groupes plus vulnérables ; (iii) L’impact des risques sociaux et physiques de distanciation et de transmission sur le comportement des consommateurs, y compris, par exemple, le comportement des détaillants en ce qui concerne les magasins et les marchés et les choix alimentaires ; (iv) Les stratégies d’adaptation des hôtels, des restaurants, et l’impact sur les chaînes d’approvisionnement et les pertes et gaspillages alimentaires.
Dans le cadre de ce TCFP, la FAO collaborera avec les partenaires gouvernementaux (Directions des Etudes et Planification des ministères concernés ; Agence Centrafricaine de Développement Agricole ; Agence Nationale de Développement de l’Elevage ; etc.) pour collecter et analyser ces informations, mettre en place des systèmes de surveillance continue et concevoir des réponses politiques efficaces à court et à long terme qui minimisent l’impact négatif de COVID-19 sur les systèmes alimentaires nationaux et maximiser les contributions potentielles à la réalisation par le pays des objectifs de développement durable.
Position hiérarchiqueSous la supervision générale de la Représentante de la FAO en République Centrafricaine et sous la supervision technique du Fonctionnaire Technique sous régional SFC, et en étroite coopération avec les autres Consultants nationaux associés à ce Projet, le Consultant national principal Agroéconomiste devra réaliser les tâches ci-dessous et produire, dans les conditions décrites, les résultats attendus.
Domaine de spécialisation Agronomie, statistiques rurales, économie agricole, sciences sociales
Tâches et responsabilités
TCP/CAF/3801
Préparer le plan de travail consolidé détaillé relatif à l’évaluation d’impact de Covid-19 sur les systèmes alimentaires et la sécurité alimentaire en République Centrafricaine à soumettre au Fonctionnaire technique principal de la FAO pour revue et endossement ;
Assurer la mise en œuvre générale des activités du projet ;Coordonner la participation de l’équipe des consultants de l’étude d’impact ;Diriger les aspects techniques de la conception et de la mise en œuvre de l’évaluation et des activités de suivi ultérieures du projet ;Assurer la coordination de la conduite et du suivi de l’évaluation sur le terrain ;Assurer la préparation des contrats, protocoles d’accord, sous-traitance et partenariat avec les partenaires de mise en œuvre ;Rapporter périodiquement (chaque mois) sur les résultats du projet et proposer des orientations pour l’atteinte des objectifs du projet ;Préparer un rapport final du projet sur les résultats de l’évaluation avec les apports des autres consultants nationaux, le soumettre au FTP de la FAO pour revue, finalisation et endossement.
TCP/CAF/3705 & TCP/CAF/3708, Pour chaque projet :Planifier et organiser les sessions de formation ;
Assurer le suivi de la collecte des données économiques, y compris les indicateurs spécifiques à analyser ;Assurer le traitement et l’analyse des données collectées ;Présenter les résultats de l’analyse et élaborer les cartographies associées ;Préparer et soumettre à la FAO les rapports techniques sur les activités du projet selon les besoins (rapports de fin de mission ; rapports intermédiaires) présentant les résultats du projet et proposer des orientations pour l’atteinte des objectifs du projet ;Préparer un rapport final de consultation avec les apports des autres consultants nationaux, le soumettre à la FAO pour revue, finalisation et endossement ;Entreprendre toutes autres tâches jugées nécessaires pour accomplir les objectifs du projet. LES CANDIDATURES SERONT EXAMINÉES EN REGARD DES CRITÈRES SUIVANTS:
Conditions minimales à remplir   Être ressortissant de la République Centrafricaine ou résident dans le pays avec un permis de travail ;
Diplôme universitaire supérieur en économie, en économie rurale ou diplôme équivalent ; avec au moins dix années d’expérienceMinimum 5 ans d’expériences pertinentes dans l’analyse des politiques, l’analyse économique, l’analyse des chaînes de valeur et de la sécurité alimentaire ;Connaissance courante du français (niveau C). La connaissance de l’Anglais est un atout ;Bonne maîtrise de l’outil informatique : la connaissance des logiciels « Word et Excel » étant obligatoire ; Compétences de base exigées par la FAOÊtre axé sur les résultats
Avoir l’Esprit d’équipeSens de la communicationÉtablir des relations constructives.Partage des connaissances et amélioration continue Aptitudes techniques/fonctionnelles
Aptitude à travailler sous pression et respecter les deadlines
Aptitude à travailler en équipe dans un environnement multidisciplinaireAptitude à planifier, à organiser les tâches et à coordonner les activités d’un groupe de travailBonne capacité d’analyse et de conceptualisation ;Bonnes aptitudes de communication : capacité à exprimer clairement et de manière concise des idées et des concepts sous forme écrite et orale ;Capacités pédagogiques et de communication ;Expériences avec le Système des Nations Unies est un avantage.Bonne connaissance de la politique nationale de développement des filière agricole ;Compréhension approfondie des paramètres économiques pertinents du pays Forte expérience en analyse qualitative et quantitative dans le secteur agricole et la sécurité alimentaire ;Expérience avérée dans l’analyse des situations d’urgence est un atout important ;
 Prière de noter que tous les candidats doivent adhérer aux valeurs de la FAO – engagement envers l’Organisation, respect de chacun, intégrité et transparence.
RENSEIGNEMENTS COMPLÉMENTAIRESLa FAO ne perçoit de frais à aucun stade du recrutement (dépôt de candidature, entretien, traitement du dossier).
Les dossiers de candidature incomplets ne seront pas examinés. Pour toute question ou demande d’aide, s’adresser à Careers@fao.org  : .Les candidatures reçues après la date de clôture de l’avis ne seront pas acceptées.Seuls les diplômes d’aptitude linguistique délivrés par des prestataires externes reconnus par les Nations Unies et/ou les résultats des examens officiels de la FAO (examens d’aptitude linguistique de niveaux B et C et test de recrutement linguistique) seront acceptés comme attestation du niveau de connaissance des langues indiquées dans le formulaire de candidature en ligne.
Pour d’autres questions, veuillez consulter la page web Emploi à la FAO: http://www.fao.org/employment/home/fr/

COMMENT POSTULERPour présenter votre candidature, veuillez remplir le formulaire en ligne sur le site web de la FAO consacré au recrutement, Jobs at FAO. Les dossiers de candidature incomplets ne seront pas examinés. Seules les candidatures reçues par l’intermédiaire du portail de recrutement seront prises en considération.Les candidats sont encouragés à enregistrer leur candidature en prévoyant un délai largement suffisant avant la date limite.
Pour obtenir de l’aide, écrire à:  Careers@fao.org.
LA FAO EST UN ESPACE NON FUMEUR.POSTULER

Laisser un commentaire