Burundi

FAO recrute 01 Consultant National en Nutrition

FAO recrute 01 Consultant National en Nutrition

FAO

Gitega, Burundi
Humanitaire (ONG, Associations, …), Projet/programme de développement

Description de l’emploi:  2100383 Consultant National en Nutrition
Date de dépublication: 19/févr./2021, 23:59:00Organizational Unit: FRBRIType d’emploi: Travail temporaireType de réquisition: PSA (Accord de services personnels)Grade: N/ALieu principal: Burundi-GitegaDurée:  60 joursNuméro de poste: N/A
La FAO s’attache à assurer la diversité – parité hommes-femmes, répartition géographique équilibrée et diversité linguistique – parmi son personnel et les consultants internationaux qu’elle emploie, afin de servir au mieux les États Membres dans toutes les régions.
Les femmes et les ressortissants d’États Membres non représentés ou sous-représentés possédant les qualifications requises sont encouragés à présenter leur candidature.
Les personnes handicapées sont également encouragées à présenter leur candidature.Toutes les candidatures seront traitées dans la plus stricte confidentialité.
 Cadre organisationnelLe projet IAP-FS a pour objectif d’accroitre l’adoption des systèmes de production améliorés et résilients à travers la gestion intégrée des paysages et la promotion des chaines de valeur alimentaires durables. Il vise à lutter contre les principaux facteurs de la dégradation environnementale en proposant une approche globale et intégrée de l’amélioration de la productivité agricole dans les systèmes agraires de petites exploitations où l’insécurité alimentaire est directement liée à la faible productivité de l’agriculture. A travers l’approche Champs Ecole des Producteurs, le projet garantira que le genre et la nutrition soient effectivement pris en compte dans les efforts d’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Pour atteindre cet objectif, le projet s’articule autour de 3 composantes, à savoir : (i) le renforcement du cadre institutionnel et des mécanismes de soutien, (ii) l’amélioration des moyens d’existence et de la sécurité alimentaire pour une gestion intégrée des bassins versants et, (iii) le suivi – évaluation des avantages pour l’environnement mondial et des impacts socio-économiques.
Dans sa composante 2, le projet voudrait remédier aux problématiques de l’insécurité alimentaire et de la malnutrition qui accentuent la pauvreté dans la zone d’intervention du projet. En effet,   près de 70% de la population vit en dessous du seuil de la pauvreté (moins de 1 $ EU/jour/personne) et 85% des ménages sont confrontés quotidiennement à l’insécurité alimentaire. Les taux de malnutrition sévère dépassent 10% et l’apport calorique quotidien par personne est bien inférieur aux normes requises (1 650 calories par rapport aux 2 250 recommandées). Les besoins essentiels en nutriments sont couverts à 75% pour l’énergie, à 40% pour les protéines et à 22% pour les lipides, avec une consommation insignifiante d’aliments riches en vitamines et minéraux (fruits et légumes), en particulier dans les zones rurales .L’étude d’évaluation de base des ménages (HH-BAT) réalisée durant la phase de préparation du projet a conclu quant à elle que seulement 1% des ménages dans les zones d’intervention de l’IAP-FS ne souffraient pas du tout d’insécurité alimentaire. En outre un pourcentage élevé de l’échantillon souffre d’insécurité alimentaire modérée ou grave (77%) , 75% souffre d’insécurité alimentaire modérée et 2% souffre d’insécurité alimentaire grave. Pour ce qui est de la consommation des aliments, les tubercules (99%), haricots (96%) et huiles/matières grasses (88%) sont les groupes d’aliments les plus consommés, quel que soit le genre du chef de famille. Les principales variations alimentaires entre les ménages dirigés par un homme ou une femme concernent les céréales (50% contre 40%), les légumes (75% contre 54%), les fruits (32% contre 12%) et le lait (6% contre 1%). Selon toujours cette étude, la consommation d’aliments fournissant des protéines animales est très faible et l’insécurité alimentaire grave touche 2% des ménages dirigés par un homme et 4% des ménages dirigés par une femme.Dans la zone du projet, la plupart des ménages consomment 3 (19%), 4 (37%) ou 5 (20%) groupes d’aliments par jour . La  situation varie selon le genre du chef de famille, les ménages dirigés par un homme ayant tendance à diversifier un peu plus leurs régimes alimentaires. Ainsi, Les ménages consomment quotidiennement un nombre limité de groupes d’aliments (la majorité ou 37% des ménages étudiés consomment quotidiennement 4 groupes d’aliments). Le régime alimentaire des ménages dirigés par un homme est plus diversifié en ce qu’il comporte davantage de céréales, légumes, fruits et lait. Il y a donc un rapport entre le genre des chefs de ménages et l’insécurité alimentaire grave et le projet devrait adopter une approche plus sensible au genre en matière de sécurité alimentaire. Pour changer cet état de fait, le projet voudrait recruter un consultant qui va procéder à la formation et à la sensibilisation de 318 Champs Ecoles des Producteurs (réunissant en moyenne 8 000 producteurs et productrices) en matière de nutrition et des systèmes alimentaires appropriées en veillant à l’implication effective des femmes.
Position hiérarchiqueSous la supervision Générale du Représentant de la FAO au Burundi, et la supervision directe de l’Assistant du Représentant aux Programmes, et du Coordinateur du Projet GCP/BDI/040/GFF, il assiste le Coordinateur du projet dans la mise en œuvre des activités de nutrition et les systèmes alimentaires appropriés. La supervision dont il fait l’objet est axée sur la qualité du travail effectué et l’atteinte des objectifs fixés dans le document du projet.

Domaine de spécialisationLe consultant doit avoir les qualifications, expériences et aptitudes dans l’un des domaines-clés suivants liés à la nutrition : médecine, santé publique, nutrition, économie, politiques publiques, sociales ou administration, gestion, agriculture, élevage, éducation.

Tâches et responsabilités
Le Consultant en Nutrition et Systèmes Alimentaires appropriés devra :•    Produire un manuel actualisé de formation sur l’alimentation et la nutrition équilibrées, les types de malnutrition courante dans la zone du projet, l’hygiène alimentaire, l’assainissement de base et la santé maternelle et infantile qui apportera aux membres des CEP encadrés des connaissances scientifiques approfondies afin d’améliorer la nutrition ;  
•    Mettre en œuvre les formations théoriques et pratiques sur la nutrition et les systèmes alimentaires appropriés et produire des rapports techniques de formation ;•    Produire des fiches techniques actualisées sur les scénarii de réalisation de nutrition et d’alimentation équilibrées à mettre à la disposition des CEP formés en nutrition encadrés par le Projet : GCP/BDI/040/GFF ;•    Procéder à l’expérimentation des techniques de valorisation des récoltes des produits riches en nutriments (farines, aliments mélangés fortifiants, huiles, …) au profit des membres des CEP;•    Proposer des kits en appui didactique des personnes à former (ustensiles de cuisine) afin de faciliter les démonstrations culinaires ;•    Former les membres des CEP, des coopératives et des comités des bassins versants sur l’hygiène corporel et alimentaire, l’assainissement de base, la santé maternelle et infantile et dans la mesure du possible, le planning familial/santé sexuelle et de la reproduction ainsi que le VIH/sida; •    Aider les bénéficiaires du projet à intérioriser les techniques de mobilisation et de communication sur le changement de comportement en matière d’habitudes alimentaires;•    Organiser des journées porte-ouvertes sur la démonstration des menus à base des aliments traditionnels et des menus à base des produits riches en nutriments afin de montrer les lacunes qu’accusent les menus traditionnels par rapport aux menus de produits riches en nutriments dans le but de susciter un changement dans les habitudes alimentaires ;•    Contribuer à l’élaboration des rapports réguliers sur les missions réalisées sur terrain ;•    Réaliser toute autre activité liée à son expertise à la demande de la FAO ;•    Produire un rapport narratif final d’activités.
LES CANDIDATURES SERONT EXAMINÉES EN REGARD DES CRITÈRES SUIVANTS :
Conditions minimales à remplir   •    Diplôme universitaire de niveau Master ou équivalent dans au moins l’un des domaines-clés liés à la nutrition (médecine, santé publique, nutrition, économie, politiques publiques, sociales ou administration, gestion, agriculture, élevage, éducation), ou tout autre domaine connexe ;
•    Au moins 5 ans d’expérience professionnelle dans l’un des domaines liés à la nutrition au niveau national (nutrition, sécurité alimentaire, agriculture, protection sociale, santé publique, gestion, formulation de politiques) ;•    Au moins 5 ans d’expérience dans le plaidoyer, la sensibilisation et la communication multi-acteurs ou multisectorielles ;•    Bonne maitrise de l’outil informatique : Word, Excel, Powerpoint, etc… ;•    Excellente maitrise du Français et du Kirundi à l’écrit et à l’orale. •    Ressortissant du Burundi ou résident dans le pays avec un permis de travail régulier. 
Compétences de base exigées par la FAO•    Attention portée aux résultats
•    Avoir l’esprit d’équipe•    Sens de la communication•    Établissement de relations constructives•    Partage des connaissances et amélioration continue
Aptitudes Techniques/Fonctionnelles
•    Très bonne expérience en gestion de la dynamique de groupe ;
•    Expérience de travail préalable avec les organisations communautaires et/ou de la société civile souhaitée ; •    Expérience de travail avec les Agences des Nations Unies constitue un atout ;•    Compétences essentielles et connaissances techniques : Bonnes capacités communicationnelles ; capacité d’influencer et d’interagir avec des différents intervenants, avec crédibilité, tact et diplomatie ;•    Aptitude à interagir, à établir et à maintenir de façon effective aussi bien avec les collègues, et avec des personnes ayant des cultures différentes, de bonnes relations de travail dans le respect des diversités et être capable de travailler sous pression ;•    Être capable d’écrire de façon claire et concise et de bien s’exprimer oralement ;•    Établissement de relations constructives ;
 Prière de noter que tous les candidats doivent adhérer aux valeurs de la FAO – engagement envers l’Organisation, respect de chacun, intégrité et transparence.
RENSEIGNEMENTS COMPLÉMENTAIRESLa FAO ne perçoit de frais à aucun stade du recrutement (dépôt de candidature, entretien, traitement du dossier).
Les dossiers de candidature incomplets ne seront pas examinés. Pour toute question ou demande d’aide, s’adresser à Careers@fao.org  : .Les candidatures reçues après la date de clôture de l’avis ne seront pas acceptées.Seuls les diplômes d’aptitude linguistique délivrés par des prestataires externes reconnus par les Nations Unies et/ou les résultats des examens officiels de la FAO (examens d’aptitude linguistique de niveaux B et C et test de recrutement linguistique) seront acceptés comme attestation du niveau de connaissance des langues indiquées dans le formulaire de candidature en ligne.
Pour d’autres questions, veuillez consulter la page web Emploi à la FAO: http://www.fao.org/employment/home/fr/

COMMENT POSTULERPour présenter votre candidature, veuillez remplir le formulaire en ligne sur le site web de la FAO consacré au recrutement, Jobs at FAO. Les dossiers de candidature incomplets ne seront pas examinés. Seules les candidatures reçues par l’intermédiaire du portail de recrutement seront prises en considération.Les candidats sont encouragés à enregistrer leur candidature en prévoyant un délai largement suffisant avant la date limite.
Pour obtenir de l’aide, écrire à:  Careers@fao.org.
LA FAO EST UN ESPACE NON FUMEUR.

Laisser un commentaire