Recrutement

Nations Unies – La commission économique pour l’Afrique recrute 01 Économiste

 Nations Unies  – La commission économique pour l’Afrique recrute 01 Économiste

Intitulé publication:Économiste hors classe (Chef du Centre de données sous-régional), P5
Intitulé code d’emploi:SENIOR ECONOMIC AFFAIRS OFFICER
Département / Bureau:Economic Commission for Africa
Lieu d’affectation:RABAT
Période de candidature:22 mars 2017 – 05 mai 2017
No de l’appel á candidature:17-Economic Affairs-ECA-70887-R-Rabat (G)
Staffing ExerciseN/A
Valeurs fondamentales de l’ONU: intégrité, professionnalisme, respect de la diversité
Notice spéciale

Les fonctionnaires sont soumis à l’autorité du Secrétaire général, qui décide de leur affectation. Au fil de leur carrière, ils sont censés changer de fonctions périodiquement, conformément aux règles en vigueur.

Pour pouvoir poser leur candidature, les fonctionnaires du Secrétariat doivent avoir à leur actif le nombre requis de mutations latérales. Les fonctionnaires du Secrétariat sont invités à indiquer leurs mutations latérales ou géographiques dans leur notice personnelle (PHP) et la note de couverture.

Cadre organisationnel

L’économiste hors classe du Bureau sous-régional de la CEA en Afrique du Nord est basé à Rabat (Maroc), et rend compte directement au Directeur du Bureau sous-régional (D-1). Le Bureau relève du pilier Diffusion des produits de savoir de la Commission économique pour l’Afrique (CEA), qui comprend les entités suivantes : la Division de l’information et de la gestion du savoir ; la Division du renforcement des capacités ; la Division de l’administration, les bureaux sous-régionaux de la CEA et l’Institut africain de développement économique et de planification (IDEP).

Le mandat du Bureau sous-régional consiste à renforcer la capacité des États membres à formuler des plans et des politiques fondés sur la connaissance des faits en appui à la transformation économique et sociale de l’Afrique du Nord en facilitant et en faisant la promotion des résultats obtenus par les travaux de recherche de la CEA sur les orientations à suivre, et en simplifiant le travail en réseau et l’échange d’informations parmi les acteurs du développement de la région. Les domaines prioritaires d’activité du Bureau sous-régional sont l’analyse des dynamiques du développement économique et social, avec un accent particulier sur les questions d’égalité entre les sexes et de jeunesse ; le développement durable et la gestion de ressources naturelles ; les effets des changements climatiques et la sécurité alimentaire ; ainsi que l’innovation et la gestion des connaissances. Le Bureau de la CEA en Afrique du Nord couvre sept pays : l’Algérie, l’Égypte, la Libye, le Maroc, la Mauritanie, le Soudan et la Tunisie.

Responsabilités

Dans les limites des pouvoirs qui lui sont délégués, et sous la supervision directe du Directeur du Bureau sous-régional en Afrique du Nord, l’économiste hors classe s’acquitte essentiellement des fonctions ci-après.

Direction du Centre de données sous-régional
• Faire office de chef du Centre de données sous-régional ; diriger et gérer le programme de travail du Centre de données sous-régional ;
• Planifier et superviser la gestion du Centre de données sous-régional, définir les domaines dans lesquels s’effectueront ses activités de recherche, d’analyse des politiques, de renforcement des capacités et de services consultatifs ;
• Élaborer le programme de travail du Centre de données sous-régional, en assurer l’encadrement et veiller à sa mise en œuvre effective, en temps voulu, en conformité avec les priorités et programmes des États membres, des communautés économiques régionales et des mandats concernés de l’ONU ;
• Superviser l’élaboration des profils de pays, de leurs mises à jour trimestrielles, des profils sous-régionaux et des autres études et rapports pertinents, assurer la direction intellectuelle de leur exécution et diffusion ;
• Diriger le passage à la phase opérationnelle des instructions permanentes de la CEA relatives à la collecte, la compilation et la diffusion des données aux niveaux national et sous-régional, notamment en supervisant la collecte des données socioéconomiques nécessaires à la préparation des profils de pays et des profils sous-régionaux ;
• Participer, selon leur pertinence, à la production des publications phares de la CEA ainsi qu’à leur diffusion dans la sous-région de l’Afrique du Nord ;
• Contribuer à la formulation du plan à moyen terme, du programme de travail et du budget de l’unité, et participer à la formulation du programme de travail global de l’organisation ainsi qu’à d’autres tâches semblables ;
• S’occuper de diverses questions administratives concernant l’unité administrative au sens large (section ou division) ;
• S’acquitter de toutes autres tâches qui pourraient lui être confiées.

Analyse économique ou sectorielle
• Contribuer, en les dirigeant ou en y participant, à la formulation, l’organisation et la gestion des programmes d’analyse économique prévus dans les mandats, ainsi qu’à la formulation de stratégies, de politiques et d’actions en matière économique en vue de leur adoption par les décideurs nord-africains ;
• Contribuer, en les dirigeant ou en y participant, aux activités visant à définir les questions de développement nouvelles ou naissantes pouvant intéresser la communauté africaine et internationale, et concevoir et élaborer les programmes les concernant ;
• Superviser l’équipe d’économistes accomplissant cette tâche ;
• Faire établir des études et analyses économiques qui ne peuvent être réalisées par les services internes ;
• Concevoir, planifier et diriger des réunions d’experts, séminaires et consultations analogues contribuant à finaliser les résultats attendus de l’unité de travail ;
• Préparer des discours à l’intention des fonctionnaires de rang supérieur et faire des exposés sur des questions économiques a l’intention de spécialistes ou de non-spécialistes et de décideurs ;
• Suivre les progrès réalisés en Afrique du Nord en matière de développement macroéconomique et social ;
• Définir et mener, en vue de leur publication, des travaux de recherche sur des questions macroéconomiques et sociales actuelles ;
• Définir les questions macroéconomiques et sociales intéressant l’Afrique du Nord et élaborer des politiques, stratégies et démarches les concernant.

Appui intergouvernemental
• Fournir directement un appui fonctionnel concernant les questions de développement aux organes intergouvernementaux en offrant des avis stratégiques, en indiquant des orientations techniques et en aidant à parvenir à des consensus ;
• Gérer la contribution de l’unité de travail à la préparation et à la conduite des réunions des organes intergouvernementaux ;
• Représenter l’unité administrative aux réunions internationales, régionales et nationales sur les questions de développement ;
• Encourager la coopération et l’intégration, de même que l’alignement et l’harmonisation des politiques, lois, codes, normes et pratiques, afin de promouvoir le développement intégré de la sous-région ;
• Aider les États membres et les commissions économiques régionales à dégager et formuler des positions et stratégies macroéconomiques communes ;
• Assurer le service des réunions interorganisations et fournir un appui fonctionnel aux travaux des équipes de pays de l’ONU ainsi qu’aux autres activités interorganisations de l’ONU destinées à appuyer les communautés économiques régionales, les États membres, l’Union africaine et son Nouveau Partenariat pour le développement de l’Afrique.

Partenariats, coopération technique et services consultatifs
• Communiquer et collaborer avec d’autres divisions et bureaux sous-régionaux de la CEA ainsi qu’avec des partenaires externes dans le cadre de la mise au point et de la mise en œuvre du programme de travail du Bureau sous-régional ;
• Conduire des missions en tant qu’expert principal ou représenter le Bureau sous-régional lors de rencontres internationales de haut niveau consacrées au développement macroéconomique et social, et contribuer de façon substantielle aux discussions et à leurs résultats ;
• Participer aux activités de mobilisation de ressources et nouer des partenariats utiles en vue de faciliter la mise en œuvre du programme de travail du Bureau sous-régional ;
• Développer et entretenir des relations avec les hauts fonctionnaires des pays membres et veiller à ce qu’il soit répondu aux demandes d’avis ou d’assistance sur les questions et les politiques économiques ;
• Négocier avec les gouvernements des pays donateurs et bénéficiaires en ce qui concerne les programmes et projets d’assistance technique ;
• Organiser et coordonner la coopération des États membres concernant les programmes ou questions économiques ;
• Diriger des missions de coopération technique ou participer à ces missions ;
• Fournir aux États membres et aux Communautés économiques régionales des avis relatifs aux politiques en matière de transformation économique, de questions macroéconomiques, de commerce et d’intégration régionale ;
• Mettre sur pied des programmes adaptés de renforcement des capacités pour planificateurs, décideurs et autres parties prenantes ;
• Établir et gérer des réseaux de savoirs et de praticiens relatifs aux questions de développement intéressant la sous-région, en connexion avec les groupes de réflexion et les autres parties prenantes aux échelons régional et national ;
• Organiser et diriger des concertations sur les politiques avec les États membres en rapport avec les profils de pays et les profils sous-régionaux sur la transformation économique et sociale, l’intégration continentale et régionale et les questions relatives au commerce et à l’industrialisation.

Compétences

• Professionnalisme : Aptitude à appliquer les théories et notions économiques dans les différents domaines du développement économique et durable. Aptitude à mener, de manière autonome, des travaux de recherche sur des questions d’ordre économique, et à déterminer l’adéquation, la validité et l’exactitude des données fournies par différentes sources. Aptitude à formuler des politiques économiques et des recommandations sur leur mise en œuvre. Tirer fierté de son travail et de ses réalisations ; faire preuve de compétence professionnelle et de maîtrise du sujet ; apporter à l’exécution de ses tâches la conscience et le souci d’efficacité voulus pour être en mesure d’honorer les engagements contractés, de tenir les délais impartis et d’obtenir les résultats escomptés ; agit pour des motifs professionnels plutôt que personnels ; persévérer face aux obstacles et aux difficultés ; garder son calme dans les situations de crise.

• Aptitude à la communication : S’exprimer clairement et efficacement ; écouter les autres, les comprendre et donner suite comme il convient ; poser les questions voulues afin d’obtenir des éclaircissements, et faciliter le dialogue ; adapter son langage ou son ton, son style et sa présentation au public auquel on s’adresse ; partager l’information avec tous ceux qu’elle intéresse et tenir chacun au courant.

• Aptitude à planifier et à organiser : Définir clairement des buts compatibles avec les stratégies convenues ; hiérarchiser les activités et tâches prioritaires ; modifier les priorités en fonction des besoins ; prévoir suffisamment de temps et de ressources pour mener sa tâche à bien ; tenir compte des risques et des imprévus dans la planification ; suivre l’exécution des plans et des activités, et les modifier s’il y a lieu ; tirer le meilleur parti du temps dont on dispose.

• Qualités de chef : Servir de modèle à son entourage ; armer chacun des membres de son équipe des atouts nécessaires pour atteindre les objectifs visés ; s’employer avec dynamisme à mettre au point les stratégies opérationnelles requises ; établir et entretenir des relations très diverses afin de comprendre les besoins et de s’assurer des appuis ; prévoir les conflits et s’efforcer de les résoudre à l’amiable ; s’investir dans le changement et le progrès ; ne pas se cantonner au statu quo ; avoir le courage de prendre des positions impopulaires. Prendre la direction et la responsabilité de la transversalisation de la problématique hommes-femmes afin d’assurer l’égale participation des femmes et des hommes dans toutes les activités ; se montrer au fait des stratégies et acquis à l’objectif de représentation équilibrée des sexes dans le choix du personnel.

• Suivi du comportement professionnel : Déléguer les pouvoirs, l’autorité et la compétence requis à ses subordonnés ; veiller à ce que les rôles, les responsabilités et la chaîne hiérarchique soient clairs pour tous ; estimer avec précision le temps et les ressources nécessaires pour accomplir une tâche et tirer le meilleur parti des compétences ; suivre l’avancement du travail au regard des échéances ; s’entretenir régulièrement avec ses subordonnés des résultats qu’ils obtiennent, leur faire savoir comment leur apport est perçu et leur donner les conseils nécessaires ; encourager le risque et soutenir la créativité et l’initiative ; appuyer activement les aspirations professionnelles de ses collaborateurs ; faire preuve de justice dans la notation.

Formation

Diplôme universitaire de deuxième cycle (maîtrise/master ou équivalent) en économie ou dans une discipline apparentée. Une spécialisation en macroéconomie ou en économie du développement est souhaitable. À défaut, un diplôme universitaire de premier cycle assorti de deux années d’expérience pertinente peut être accepté au lieu d’un diplôme universitaire de deuxième cycle.

Expérience professionnelle

Au moins 10 années d’expérience professionnelle, à des niveaux de responsabilité de plus en plus élevés, dans les domaines de la recherche et de l’analyse économiques, de l’élaboration des politiques, de l’application des principes économiques dans les programmes de développement, notamment sur l’Afrique, sont exigées. Bon dossier de publications sur des questions de développement macroéconomique et social. La maîtrise de logiciels statistiques et économétriques (tels que Stata, SAS, SPS et E-Views) et la capacité de réaliser des prévisions et des modèles économiques, attestée par le degré de connaissance et de maîtrise d’outils spécialisés (tels que GTAP, GAMS et RATS) sont souhaitables.

Connaissances linguistiques

La maîtrise d’une des deux langues de travail du Secrétariat de l’ONU, l’anglais ou le français (tant à l’oral qu’à l’écrit) est exigée; la connaissance de l’autre langue de travail est souhaitable. La connaissance de l’arabe est souhaitable.

Méthode d’évaluation

L’évaluation des candidats qualifiés pourrait inclure un exercice d’évaluation, pouvant être suivi d’un entretien d’appréciation des compétences.

Charte des Nations Unies

En vertu du paragraphe 3 de l’Article 101 de la Charte des Nations Unies, la considération dominante dans le recrutement du personnel doit être la nécessité d’assurer à l’Organisation les services de personnes possédant les plus hautes qualités de travail, de compétence et d’intégrité, notamment mais non exclusivement s’agissant du respect du droit international des droits de l’homme et du droit international humanitaire. Les candidats pourront faire l’objet d’une présélection sur la base de ces critères, notamment mais non exclusivement dans le but de vérifier s’ils ont commis ou sont soupçonnés d’avoir commis des infractions pénales ou des violations du droit international des droits de l’homme ou du droit international humanitaire.

Sera dûment prise en considération l’importance d’un recrutement effectué sur une base géographique aussi large que possible. Aucune restriction ne sera imposée par l’Organisation à l’accès des hommes et des femmes, dans des conditions égales, à toutes les fonctions, dans ses organes principaux et subsidiaires. Le Secrétariat de l’Organisation des Nations Unies est un espace non-fumeurs.

Les candidats sont invités à respecter scrupuleusement toutes les instructions disponibles sur la plateforme de recrutement en ligne Inspira. Pour des informations plus détaillées, ils peuvent consulter le Guide rapide « Procédure de dépôt de candidature » et le manuel d’instructions pour le candidat (en anglais seulement), en cliquant sur le lien hypertexte « Manuels » sur le côté supérieur droit de la page d’accueil de leur compte Inspira.

Les candidatures feront l’objet d’une évaluation et d’un examen préalables sur la base des informations soumises conformément aux critères d’évaluation de l’avis de vacance de poste et aux dispositions législatives internes applicables de l’Organisation des Nations Unies, notamment la Charte des Nations Unies, les résolutions de l’Assemblée générale, le Statut et le Règlement du personnel, les textes administratives et les directives. Les candidats doivent fournir des informations exhaustives et précises relatives à leur qualification, notamment mais non exclusivement, à leur formation, leur expérience professionnelle et leurs compétences linguistiques, conformément aux instructions fournies sur la plateforme Inspira. Les candidats seront exclus de la procédure d’examen s’il n’est pas démontré dans leur candidature qu’ils répondent à tous les critères d’évaluation de l’avis de vacance de poste et aux dispositions législatives internes applicables de l’Organisation. Ils sont tenus de fournir des informations complètes et précises. Une fois la candidature envoyée, aucune modification, suppression ou révision, ni aucun ajout ou changement ne pourra être fait. Il sera procédé à une vérification des références des candidats faisant l’objet d’une attention particulière pour s’assurer de l’exactitude des renseignements qu’ils ont fournis dans leur candidature.

Les avis de vacance de postes publiés sur le Portail des carrières sont retirés à minuit (heure de New York), le jour de la date limite de dépôt des candidatures.

Aucun frais de dossier

L’ONU NE PERÇOIT DE FRAIS À AUCUN STADE DU RECRUTEMENT (DÉPÔT OU TRAITEMENT DE LA CANDIDATURE, ENTRETIEN, FORMATION, ETC.), ET ELLE NE DEMANDE AUCUNE INFORMATION BANCAIRE.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.