Niger

Appel à manifestation d’intérêt Enquête de base ProAct

Appel à manifestation d’intérêt Enquête de base ProAct

I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION : La FAO met en œuvre un projet intitulé « Renforcer la résilience des populations pastorales et agropastorales transfrontalières dans les zones prioritaires du Sahel » sur un financement de l’Union Européenne. Il interviendra dans la zone Sahélienne (Burkina, Niger, Mali) qui fait face à des situations de crises agropastorales récurrentes d’ordre structurel et conjoncturel, aggravées par des crises agro-climatiques et sécuritaires, qui affectent les moyens d’existence des populations basés sur l’agriculture et l’élevage avec des conséquences négatives sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages. Le projet présente unecomposante régionale et des actions de terrain au Burkina Faso, le Mali et le Niger.
 L’objectif principal du projet est de contribuer à accroitre la résilience contre les menaces et les crises en s’attaquant, entre autres, à trois des défis majeurs relatifs à:
• La maitrise de l’information sur les ressources et mouvements pastoraux pour orienter les décideurs et les agropasteurs dans leurs choix de stratégies d’investissement, de mobilité pastorale, d’activités économiques ;
• Le renforcement des capacités des services techniques de l’Etat, des ONG et des organisations de la société civile, et à la mise à l’échelle, au niveau de chaque pays notamment dans les zones transfrontalières, des bonnes pratiques agropastorales
productives et de cohésion sociale à travers, entre autres, les approches champs écoles agro-pastoraux, les caisses de résilience et le Cash+ ;
• L’amélioration et la diversification des moyens d’existence des ménages agropastoraux par la promotion de l’accès inclusif et équitable aux intrants et aux ressources naturelles, ainsi qu’aux bénéfices économiques des échanges transfrontaliers.
Ce projet d’une durée de 30 mois (Octobre 2018 à Mars 2021) vise les trois principaux résultats suivants :
Rés ultat 1 : Les décideurs et les agropasteurs utilisent les informations générées par les systèmes de suivi, d’analyse et de diffusion des données pastorales dans les prises de décision pour anticiper et mitiger les crises pastorales et agropastorales ;
Rés ultat 2 : Les services techniques de l’Etat, les ONG et les organisations de la société civile ont amélioré leurs capacités à mettre en œuvre et à l’échelle les bonnes pratiques acquises ;
Résultat 3 : Les moyens d’existence des ménages agro-pastoraux sont améliorés, diversifiés, et adaptés au changement climatique et l’accès aux intrants et aux ressources naturelles est inclusif et équitable.
En prélude à la mise en œuvre du projet, il est prévu la réalisation d’une enquête de base qui établira la situation de référence des indicateurs d’impact et de résultat du projet à travers les services d’un consultant. Les présents termes de référence ont été élaborés à cet effet.
II. OBJECTIFS DE L’ENQUETE DE BASE : L’enquête de base vise à produire des données quantitatives permettant de dresser la situation de référence des indicateurs d’impact du programme. Ces indicateurs sont les suivants : Indicateurs de résilience
• Indice de Mesure et d’Analyse de la Résilience (RIMA) (version abrégée) ;
• Matrice de la structure de résilience (RSM) ;
• Capacité de résilience au niveau régional (spécifié pour chaque pays) ;
• Capacité de résilience selon le genre du chef de ménage ;
• Capacité de résilience selon les moyens d’existences (par exemple, la capacité de résilience des ménages pasteurs). Indicateurs s ocioéconomiques
• Niveau et les sources de revenus ;
• Niveau du RCSI ;
• Pourcentage de jeunes ayant une activité autonome génératrice de revenu ;
• Pourcentage de femmes ayant une activité autonome génératrice de revenu. Indicateurs de s écurité alimentaire et nutritionnelle
• Niveau de la productivité agricole (rendement des cultures fourragères, !) et animale (poids moyen quotidien, mortalité des animaux, revenus tirés, évolution des effectifs des troupeaux, exploitation des troupeaux, !etc.) ;
• Score de consommation alimentaire (SCA) ;
• Score de Diversité alimentaire des Ménages ;
• Pourcentage des acteurs utilisant les informations générées dans les prises de décision en gestion pastorales et agropastorales ;
• Pourcentage des acteurs mettant en œuvre les bonnes pratiques agropastorales;
• Niveau de disponibilité du fourrage locale.
III. METHODOLOGIE : La démarche méthodologique devra être accompagnée de la planification des phases d’élaboration des outils, de la collecte et du traitement des données, de la liste des personnes et structures à rencontrer qui devra prendre en
compte l’ensemble des acteurs concernés.
Aussi, les enquêteurs identifiés par le consultant auront la charge de l’administration des outils de collecte de données. Celle-ci devra se faire en ligne grâce à Kobo Toolbox et en faisant recours à l’utilisation des tablettes/smartphones.
La FAO, avec l’appui des partenaires techniques et opérationnels, facilitera les contacts avec les différentes structures et personnes concernées par l’étude. En outre, elle mettra la documentation nécessaire à la disposition du consultant.
Organis ation du travail
L’équipe de travail de l’étude sera principalement constituée d’une firme ou bureau d’étude comme prestataire. Il/elle doit disposer des services d’un consultant socio économiste, avec une forte expérience dans le domaine de la sécurité alimentaire et
nutritionnelle. Il/elle travaillera afin de parvenir à une analyse d’ensemble de la situation de référence du projet GCP/ RAF/516/EC et à un rapport bien élaboré et cohérent qui servira de repère pour une évaluation des performances du projet. A chaque étape d’avancement (depuis la rencontre de cadrage de l’étude jusqu’ à la remise du rapport), la validation des travaux se fera en concertation avec l’équipe du projet au niveau de la FAO-Niger, de REOWA et du Siège de la FAO.
Profil du cons ultant
Le bureau d’études ou la firme doit avoir en son sein :
– un Consultant socio-économiste, spécialiste en sécurité alimentaire et nutritionnelle
– Titulaire d’un diplôme de niveau Bac+4 minimum dans le domaine des statistiques/économétrie, des sciences sociales (économie, sociologie, etc.) ou du développement rural ;
– Disposant d’une expérience avérée d’au moins 5 ans dans la conduite des enquêtes auprès des ménages ;
– Ayant une capacité d’analyse, de synthèse, de rédaction et de communication avec les communautés ciblées ;
– Disposant d’une expérience avérée dans l’utilisation des tablettes pour la collecte des données ;
– Ayant une bonne connaissance des langues locales parlées dans les communes ciblées;
– Familier avec les concepts de suivi évaluation et de gestion axée sur les résultats ainsi que des analyses économétriques.
– Maîtrisant l’outil informatique notamment les logiciels de traitement de données statistiques STATA, SPSS, CS PRO, SAS ou tout autre logiciel statistique, et avoir une bonne connaissance du pack office (Word, Excel, power point !) ;
– Ayant une bonne expérience sur l’outil de collecte des données Kobo Toolbox ;
– Capitalisant une expérience similaire avec le Système des Nations Unies
Tâches
Le bureau d’études ou la firme est responsable du bon déroulement de toute l’étude.
Pour ce faire, il/elle devra :
• Etablir un référentiel de base illustrant la situation socio-économique et de sécurité alimentaire des bénéficiaires ;
• Utiliser les outils méthodologiques et opérationnels élaborés à cet effet par l’équipe de projet de la FAO–Niger avec l’appui du bureau régional REOWA basée à Dakar et le siège de la FAO à Rome ;
• Internaliser l’approche méthodologique retenue par le bureau de la FAO (échantillonnage, questionnaire et guide pour enquêteurs) ;
• Assurer le recrutement et la coordination de l’équipe des enquêteurs sur le terrain;
• Participer à la formation des enquêteurs ;
• Apurer les données, renseigner les valeurs de référence des indicateurs de performance du cadre logique du projet, et produire une fiche d’Excel qui résume les variables clés après l’apurement, avant le commencement de l’analyse ;
• Se servir de la feuille de calcul Excel de RIMA pour faire l’analyse des données ;
• Elaborer le rapport de l’enquête de base du projet ;
• Accomplir toute autre tâche entrant dans le cadre de la réalisation de l’enquête.
IV. FORMATION DES ENQUÊTEURS : Les enquêteurs recrutés recevront une
formation dans l’une des deux régions. Cette formation couvrira tous les éléments méthodologiques, les questionnaires ménages et communautaires, l’utilisation des tablettes, etc. La formation sera assurée conjointement par le consultant et l’expert
suivi-évaluation de la FAO Niger.
V. RESULTATS ET LIVRABLES ATTENDUS : L’enquête privilégiera les principaux résultats attendus ci-après :
• Les outils de collecte des données ainsi qu’un plan d’analyse des données ;
• Une note de synthèse des principaux résultats est produite ;
• Une présentation résumant les principaux résultats est effectuée et présentée aux acteurs ;
• Un rapport provisoire en 2 exemplaires en copie dure et une copie sur support numérique
• Un rapport définitif en 3 exemplaires après prise en compte des observations de toutes les parties prenantes ;
• Une base des données brutes et apurées de l’enquête est disponible à l’issue de la
validation du rapport final.
VI. PLAN DU RAPPORT : Le plan de rapportage suit le format de rapportage de RIMA. Il sera remis au consultant dès que disponible.
VII. BUDGET : Le consultant fournira en plus de la note méthodologique, une proposition budgétaire qui sera analysée par la FAO Niger.
VIII. PERIODE INDICATIVE : L’enquête est prévue pour se dérouler entre la mi-Mars et la mi-Avril 2019. Les dates exactes seront communiquées ultérieurement.
Les offres doivent parvenir sous plis fermé, à la FAO Niger au plus tard le 20 mars 2019 à 12 h30 , avec la mention « Appel à manifestation d’intérêt Enquête de base ProAct ».

Laisser un commentaire