Recrutements au Sénégal

UNESCO recrute 01 Consultant en droits à l’éducation

UNESCO recrute 01 Consultant en droits à l’éducation

Description de l’offre

Consultant en droits à l’éducation

United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization (UNESCO)
Dakar (Senegal)
Grade: Unspecified
Occupations: Diversity and Gender, Educations
Closing soon: 21 Oct 2021

JOB DESCRIPTION
Secteur de tutelle : Secteur de l’éducation (ED)
Lieu d’affectation: Dakar
Catégorie d’emplois: Éducation
Type de contrat : Personnel non permanent
Durée du contrat : De 1 à 6 mois
Recrutement ouvert à : Candidats internes et externes
Clôture des candidatures (minuit heure de Paris) : 21 Octobre 2021
Valeurs fondamentales de l’UNESCO : Engagement envers l’Organisation, intégrité, respect de la diversité, professionnalisme

RESUME DES FONCTIONS DU POSTE

Contexte et Justification
En ratifiant la convention internationale des droits de l’enfant (CDE) en 1990, la Charte Africaine des Droits et du Bien-être de l’enfant (CADBE) en 1998 et en adoptant la Stratégie nationale de protection de l’Enfant (2013), le Sénégal s’est engagé à promouvoir et à protéger les droits des enfants.
Cet engagement s’inscrit aussi dans la perspective de l’atteinte de l’ODD4 qui implique le respect du droit à l’éducation des enfants et leur protection face aux violences et abus de toute forme, conformément à la Convention de l’UNESCO contre la discrimination dans le domaine de l’éducation, que le Sénégal a ratifiée en 1967.
A ce titre, l’Etat du Sénégal s’est lancé dans une politique hardie de scolarisation universelle et a réalisé d’importants résultats en termes d’accès et de résorption des inégalités dans les cycles d’enseignement obligatoire.
Cependant, le rapport national publié par l’UNESCO sur le droit à l’éducation fait ressortir les éléments ci-après concernant:

1. Le cadre réglementaire:
« i) Les lois chargées de la déclinaison des principes posés par la Constitution ne sont pas toujours complètes, suffisantes ou sont même contradictoires ;
ii) les décrets ou arrêtés chargés de la mise en œuvre de beaucoup de lois n’existent pas souvent ou sont obsolètes ;
iii) Des lois doivent être prises pour compléter ou permettre la mise en application de la vision ou stratégie : ex les lois sur les daara, sur la carte linguistique nationale, sur l’Education de Base (EDB10) , des lois ou décrets sur les passerelles, sur les normes et standards de qualité;
iv) des textes existent mais ne sont pas connus ou appliqués » .

2. L’élimination des disparités de genre et des pratiques néfastes :
Le renforcement des actions relatives à l’élimination de toute forme de discrimination à l’endroit des élèves (filles comme garçons) ; il est relevé un taux d’abandon scolaire plus élevé chez les filles en raison des travaux domestiques, des abus sexuels en milieu scolaire (souvent par les enseignants), des violences sur le chemin de l’école (en particulier dans les zones rurales), des mariages et des grossesses précoces également facteurs d’échec scolaire.
En effet, l’évaluation de la phase 1 du PAQUET montre qu’en dépit des efforts déployés, le nombre d’enfants victimes de violences et en situation de déperdition scolaire constitue une préoccupation au niveau du système éducatif. Les violences subies par les enfants, dans leur diversité de formes (verbale, physique, sexuelle, psychologique) sont encore manifestes dans l’espace scolaire, dans l’environnement familial et au sein de la communauté.
En outre, le contexte actuel marqué par la pandémie de la Covid-19 a accentué cette vulnérabilité des enfants (filles comme garçons).
A cela s’ajoute un taux d’enregistrement des enfants à la naissance encore faible, estimé à environ 75% pour l’ensemble des enfants de moins de cinq ans, le taux d’enregistrement est légèrement plus faible en milieu rural qu’en milieu urbain (66% contre 89% pour le milieu urbain selon l’EDS).
La pratique de l’excision est encore répandue au Sénégal et elle concerne 26% des femmes âgées de 15 à 49 ans. Les violences domestiques, les sévices infligés aux enfants dans le milieu familial, et les violences sexuelles dans tous les milieux qui paraissent avoir une ampleur notable mais pas suffisamment connue.
A ce titre, il est nécessaire, d’agir sur l’enseignant, premier intrant de qualité.
Cette action renvoie d’ailleurs à la problématique du cadre règlementaire en termes d’éthique et de déontologie dans l’exercice de la profession.

Pour ce faire, une consultation externe est préconisée.
Elle vise à appuyer l’opérationnalisation des recommandations du rapport national sur les droits à l’éducation à travers un renforcement soutenu des capacités pour contribuer à une appropriation du cadre réglementaire national et des normes internationales régissant le secteur de l’Education par l’ensemble des acteurs concernés.
Concrètement, il s’agit, à travers les référentiels développés par l’UNESCO, de développer des outils de formation en vue du renforcement de capacités sur le droit à l’éducation des différents acteurs impliqués dans l’élaboration des textes juridiques sur l’éducation et d’animer deux ateliers de renforcement de capacités des acteurs.

Les référentiels base de cette consultation sont :
• Le manuel sur le droit à l’éducation
• Les lignes directrices pour renforcer le droit à l’éducation dans les cadres nationaux (disponible qu’en anglais).

Résultats attendus :

Les résultats suivants sont attendus de cette consultation :
(i) L1: Un rapport méthodologique comportant un agenda de la mission;
(ii) L2 : des outils de formation en vue du renforcement de capacités sur le droit à l’éducation des acteurs impliqués dans l’élaboration des textes juridiques sur l’éducation sont élaborés et disponibles ;

L2: Un rapport sur
(i) les aspects conceptuels, théories et modèles sous-jacents, ainsi que le cadre stratégique de la planification de l’éducation dans la perspective ‘’droits à l’éducation’’,
(ii) l’opérationnalisation pratique des droits à l’éducation et comportant des éléments d’évaluation de chacune des deux sessions est disponible.

Méthodologie:

La formation se réalisera à travers deux ateliers successifs :
• Un premier atelier de trois (3) jours dédiés aux aspects conceptuels, théories et modèles sous-jacents, ainsi qu’au cadre stratégique de la planification de l’éducation dans la perspective ‘’droits à l’éducation’’.
• Un second atelier, également de trois (3) jours qui se focalisera sur l’opérationnalisation pratique des droits à l’éducation.
Les participants à ces ateliers sont tous les acteurs qui ont un rôle essentiel à jouer dans la promotion et la mise en œuvre du droit à l’éducation, notamment les responsables étatiques, en tant que représentants des Etats (principaux garants du droit à l’éducation) et l’ensemble des familles d’acteurs du système éducatif. Il est attendu qu’à la fin, les participants comprennent les définitions, les concepts, les théories clés et les modèles sous-jacents au droit à l’éducation et qu’ils disposent de capacités accrues à planifier et suivre les actions concrètes liées au droit à l’éducation.

Livrables de la mission
Dans le cadre de la présente mission, le formateur/formatrice animera la formation en droit à l’éducation, sous la supervision du Ministère de l’Education Nationale et de l’UNESCO, sur les 2 ateliers de 3 jours chacun et devra fournir :
– Le rapport méthodologique ;
– Les supports de la formation ;
– Un rapport de formation et une fiche d’évaluation à la fin de chaque atelier ;
– La documentation relative aux modules de formation destinée aux participants en format électronique, avant le démarrage de chacun des deux ateliers.

COMPETENCES (Fondamentales / Managériales)
– Responsabilité (F)
– Communication (F)
– Innovation (F)
– Partage des connaissances et volonté constante d’amélioration (F)
– Planification et organisation (F)
– Culture du résultat (F)
– Travail en équipe (F)
– Professionnalisme (C)

Pour plus d’informations, merci de consulter le Référentiel des compétences de l’UNESCO.

QUALIFICATIONS REQUISES

Education et expérience
Cette consultation s’adresse aux consultants formateurs individuels et aux cabinets d’études spécialisés dans la formation.
En vue de réaliser cette mission, le formateur / la formatrice devra répondre aux qualifications suivantes :
– Disposer d’une formation académique de haut niveau en sciences sociales et autres domaines en relation avec la prestation demandée ;
– Disposer d’une expérience probante dans la facilitation et l’animation d’ateliers de formation ;
– Disposer de connaissances et savoirs prouvés du système éducatif sénégalais ;
– Avoir une bonne connaissance et une expérience professionnelle avérée sur les aspects relatifs au droit à l’éducation ;
– Excellentes compétences rédactionnelles et capacité à synthétiser efficacement une grande quantité d’informations et à les traduire en messages clés efficaces.

QUALIFICATIONS SOUHAITEES
SALAIRES ET INDEMNITES
Veuillez changer le titre de la section “Indemnités et Prestations” et la renommer « Processus de soumission de candidature ». Veuillez utiliser des sections supplémentaires pour ajouter d’autres informations nécessaires, si besoin.
Autrement, veuillez effacer cette section.

PROCESSUS DE SÉLECTION ET DE RECRUTEMENT
Veuillez noter que tous les candidats doivent remplir une demande en ligne et fournir des informations complètes et exactes. Pour postuler, veuillez visiter le site Web de l’UNESCO carrières. Aucune modification ne peut être apportée à la candidature soumise.
L’évaluation des candidats est basée sur les critères de l’avis de vacance de poste et peut inclure des tests et/ou des évaluations, ainsi qu’un entretien basé sur les compétences.
L’UNESCO utilise des technologies de communication telles que la vidéo ou la téléconférence, la correspondance par e-mail, etc. pour l’évaluation des candidats.
Veuillez noter que seuls les candidats sélectionnés seront contactés et que les candidats à l’étape de sélection finale seront soumis à une vérification des références sur la base des informations fournies.
L’UNESCO applique une politique de tolérance zéro envers toute forme de harcèlement.
L’UNESCO s’est engagée à atteindre et à maintenir la parité des genres parmi les membres de son personnel dans toutes les catégories et à tous les niveaux. En outre, l’UNESCO est résolue à créer une diversité de personnel sur le plan du genre, de la nationalité et de la culture. Les personnes issues de groupes minoritaires, de groupes autochtones et les personnes handicapées, ainsi que les ressortissants d’États membres non représentés ou sous-représentés (veuillez cliquer ici pour la dernière mise à jour) sont également encouragées à postuler. Toutes les candidatures seront traitées avec la plus grande confidentialité. Une mobilité internationale est requise pour les membres du personnel nommés sur des postes internationaux.
L’UNESCO ne prend de frais à aucune étape du recrutement.
COMMENT POSTULER ?
Postulez en ligne :

https://careers.unesco.org/job/Dakar-Consultant-en-droits-%C3%A0-l’%C3%A9ducation/734862902/

Laisser un commentaire