Mali

SNV recrute 01 Chef du Projet composante SNV ‘Multi-Energies

SNV recrute 01 Chef du Projet composante SNV ‘Multi-Energies pour la Résilience et la gestion intégrée des Terroirs’ Composante 1. Promotion du nexus biodigesteur (MERIT)

SNV

Bamako, Mali

Chef du Projet composante SNV ‘Multi-Energies pour la Résilience et la gestion intégrée des Terroirs’ Composante 1. Promotion du nexus biodigesteur (MERIT)
Bamako, MaliTemps completContract type: National employment contract
Description de l’entrepriseSNV est une organisation internationale de développement à but non lucratif établi aux Pays-Bas en 1965 avec une présence locale à long terme dans plus de 25 pays. Depuis plus de 50 ans, notre équipe de conseillers nationaux et internationaux travaillent avec des partenaires locaux pour doter les communautés, les entreprises et les organisations d’outils, de connaissances et de connexions dont ils ont besoin pour augmenter leurs revenus et avoir accès aux services de base afin de briser le cycle de la pauvreté et d’orienter leur propre développement. SNV travaille dans trois secteurs : Agriculture, Energies Renouvelables et de l’Eau -Assainissement-Hygiène (WASH).
L’intervention de la SNV se situe dans le cadre d’un partenariat avec le Ministère du Développement Rural pour la réalisation et le suivi des activités du Projet MERIT. L’appui de la SNV portera entre autres sur l’installation et le suivi de biodigesteurs et sur un appui pour le renforcement du cadre institutionnel pour la promotion des énergies renouvelables. La SNV est expérimenté avec des projets biodigesteurs au plan international et régional et vise à renforcer le développement du secteur au Mali. C’est dans ce cadre que SNV recherche des candidat(e)s (h/f) qualifié(e)s pour le poste de Chef de Projet.
Le secteur agricole au Mali contribue à 40% au produit intérieur brut (PIB) et occupe près de 80% de la population, en majorité des exploitations familiales avec moins de 5 hectares et peu équipées. La durabilité des systèmes de production agricoles et d’élevage au Mali est mise à mal, du fait notamment de l’augmentation de la densité de la population combinée au changement climatique. Les agriculteurs et les éleveurs évoquent une difficulté à planifier les calendriers culturaux et les transhumances. La pression sur les ressources forestières est croissante, avec l’utilisation du bois de chauffe/charbon qui représente 90% du secteur de l’énergie domestique, l’extension des surfaces agricoles, l’émondage, les feux de brousse, et une gestion non-maitrisée de l’eau qui engendre des pertes importantes, et une modification des systèmes hydrologiques2.
Dans ce contexte, la disponibilité en intrants et l’application de pratiques d’agriculture résiliente face au climat demeurent limitées, avec pour conséquence la baisse de la productivité agricole. Les petites exploitations agricoles sont d’autant plus vulnérables qu’elles doivent également faire face à des problèmes tels que l’augmentation du coût relatif des intrants chimiques par rapport à l’évolution des prix de vente des produits agricoles et un accès difficile au foncier, dans un contexte de baisse de la fertilité des sols. La quasi-absence d’accès à l’énergie freine la transformation de l’agriculture et la modernisation des exploitations familiales agricoles maliennes : 15% de la population rurale malienne seulement a accès à l’électricité. Les femmes rurales sont les premières affectées par ce contexte : avec un accès toujours plus difficile aux ressources en eau en période sèche et en terre ainsi qu’en bois de chauffe, la pénibilité de leurs tâches augmente à mesure que les ressources s’amenuisent. L’ensemble des facteurs évoqués ci-dessus favorise l’exode rural et affecte la probabilité pour le Mali d’atteindre les objectifs de développement durable (ODD).
Le FIDA (Fonds International de Développement Agricole) travaille au Mali depuis plus de 35 ans et est reconnu pour son expertise des problématiques de développement agricole, de réduction de la pauvreté rurale et d’adaptation au changement climatique. En particulier, il a obtenu d’excellents résultats dans le cadre du projet ASAP/PAPAM4 qui s’est achevé en juillet 2018, par la promotion d’un nexus constitué de biodigesteurs associés à des kits photovoltaïques auquel peuvent s’ajouter des foyers améliorés et lampes solaires. Les impacts de ce nexus sont multiples en termes de production d’énergies renouvelables (biogaz en particulier), de réduction de la pression sur les ressources forestières, de réduction de la pénibilité du travail des femmes (collecte de bois) et d’accès à un fertilisant organique de qualité sous la forme du bio digestat, co-produit du biodigesteur.
Sur la base des résultats de l’ASAP/PAPAM, le Gouvernement malien a initié l’introduction des biodigesteurs dans les politiques et stratégies nationales, rejoignant ainsi les politiques régionales, et obtenu un financement du FIDA pour la mise en œuvre du « Projet Multi-Energies pour la Résilience et la gestion Intégrée des Terroirs) « MERIT » sur une période de six ans. Le but du projet est de contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, à la réduction de la pauvreté et à la résilience, y compris la résilience climatique, des ruraux pauvres dans le sud du Mali. Son objectif de développement est l’amélioration durable de l’accès à des énergies renouvelables et de la productivité des sols. MERIT renforcera la résilience des écosystèmes face au climat par la promotion de sources d’énergie à faible émission. Il bénéficiera à plus de 42 000 ménages, soit environ 420 000 bénéficiaires indirects dans sa zone d’intervention, dont au moins 50% de femmes et 30% de jeunes.
 Les activités de MERIT sont réparties entre deux composantes et quatre sous composantes :
Composante 1. Promotion du nexus biodigesteura.     Sous-composante 1.1: Renforcement du cadre institutionnel pour la promotion des énergies renouvelables.

b.     Sous-composante 1.2: Diffusion du nexus économe en Gaz à Effet de Serre (GES) à l’échelle des ménages.
Composante 2. Résilience des systèmes de production et gestion intégrée des terroirsa.     Sous-composante 2.1: Gestion intégrée des terroirs.

b.     Sous-composante 2.2 Biofertilisants et intégration agriculture/élevage/foresterie pour une intensification durable des systèmes de production.
Description du poste
Les responsabilités principales comprennent notamment les tâches suivantes :Mise en place du projet : Mettre en place les structures et procédures pour l’administration, la gouvernance, la gestion financière, les ressources humaines, et le suivi/évaluation du projet
Gestion de projet : Leadership ; gérer et motiver l’équipe du projet pour obtenir des résultats efficaces en matière de développement. Assurer la planification et le suivi, la gestion financière et les rapports au bailleurCollaboration avec d’autres projets au sein de SNV au Mali, afin d’assurer la contribution optimale au développement du secteur biodigesteur ;Assurance qualité du projet : Assumer la responsabilité du contenu (technique) d’un projet, veille à la qualité des produits livrables et assure un apport technique suffisant pour répondre aux normes de qualité.Gestion des contrats et comptabilité du projet : Gérer et rendre compte de la conformité totale des composantes administratives, financières et RH du projet avec les procédures internes de SNV et les exigences du bailleur.Gestion du personnel et direction d’équipe : Guider, développer, encadrer et motiver les membres de l’équipe.Gestion des relations : Construire, renforcer et gérer les partenariats avec les gouvernements locaux et nationaux, les partenaires du secteur privé, les institutions et les parties prenantes ; Gérer les relations avec le bailleur et le contrat du bailleur.Développement des affaires : Construire et entretenir des relations efficaces, avec l’équipe, les partenaires externes et le(s) bailleur (s). Signaler et agir sur le potentiel de positionnement, d’innovation, de montée en puissance et de suivi potentiel des projets.Analyse et rapports : Assurer la collecte, la consolidation et l’examen des informations sur les projets, conformément aux directives de suivi et d’évaluation de SNV.Développement des connaissances : Contribuer au développement des connaissances internes et externes, par la documentation complète et le partage des idées et des résultats des projets en coordination avec l’équipe du Mali et l’équipe globale.
QualificationsUn diplôme universitaire (Bac + 5 au moins) dans le domaine du développement rural (agronomie, élevage, agro économie…) des énergies renouvelables ou tout diplôme technique équivalent ;Expérience d’au moins 7 ans d’expérience dans la gestion de projet avec une expérience avérée de travail dans le développement, la conduite de dialogue et de partenariats multi-acteurs ;Expériences avérées dans la gestion d’entreprise et/ou dans l’accompagnement des entrepreneurs ;Expériences avérées en gestion de projets multi-acteurs ;Expérience dans la thématique genre ;Une connaissance de la technologie biodigesteur ;Expérience en suivi et évaluation de projet ;Bonne connaissance du milieu rural au Mali ;Excellente maitrise du français (écrit et oral) ;Excellentes capacités rédactionnelles et de présentation en français (obligatoire) ;La maitrise de l’anglais (écrit et oral) est souhaitée ;Capacité de travailler de façon autonome et dans un environnement fragile (séjour en milieu rural, travail en milieux difficiles) ;Capacité de travailler et sous pression dans les délais courts pour atteindre les résultats.
Informations complémentaires
Liens hiérarchiquesLe Chef de Projet rend compte au ‘Country Sector Leader Energie’

Lieu d’affectationBamako avec des déplacements réguliers à l’intérieur du pays, y compris les zones rurales.

Type de contrat Contrat à temps plein d’un an avec possibilité de renouvellement.

Conditions d’emploiElles seront régies par les dispositions de l’Accord d’Etablissement du personnel national de la SNV- Mali.

Date indicative de prise de poste 
Février 2022
Comment présenter votre candidature
Veuillez soumettre votre candidature (Lettre de motivation, CV avec le nom de trois personnes de référence dont le dernier employeur, dans notre base de données (via la plateforme Smart Recruiters) avant le 17/01/2022.
NB : Les candidatures féminines sont fortement encouragées.
        SNV n’est pas obligée de donner une suite à cet appel.
POSTULER

Laisser un Commentaire

%d blogueurs aiment cette page :