Accueil / Recrutement / Le PRGTE recrute 01 Community Develop Off 

Le PRGTE recrute 01 Community Develop Off 

Le PRGTE recrute 01 Community Develop Off

Salaire / mois
Localisation Ziguinchor / Sénégal
Expiration 20 Octobre 2017

Description de l’offre
Community Develop Off/PRGTE

Le but du « Projet de Renforcement de la Gestion des Terres et des Ecosystèmes des Niayes et de la Casamance dans un contexte de changement climatiques – PRGTE » du Gouvernement est de contribuer à développer une culture de la prévention et de l’adaptation aux changements climatiques dans deux zones agro écologiques du Sénégal vulnérables aux aléas climatiques. Il répond à cette aspiration à travers son objectif de renforcement d’un environnement favorable à des mesures d’adaptation basées sur la gestion de l’écosystème dans les zones précitées à savoir les Niayes et la Casamance.

Le PRGTE se propose d’opérationnaliser les priorités identifiées dans le Plan d’Action National d’Adaptation (PANA) notamment dans les secteurs suivants :

la protection côtière, l’agroforesterie et les ressources en eau, la sensibilisation et l’éducation. Le projet proposé s’activera autour de la priorité identifiée du PANA dans les régions des Niayes et du Sud, axée sur la protection des dunes, la restauration de la mangrove et la gestion de l’eau (composante 2). En sus, des informations climatiques pertinentes seront mises à disposition pour aider les services techniques et les collectivités à assurer une meilleure planification et gestion des risques climatiques (composante 1). Enfin, le « soutien aux mécanismes d’acquisition des connaissances et des informations » est la composante 3 du projet. Les extrants ou produits des différentes composantes sont :

Composante 1 :

· Extrant 1.1: Le réseau sur le climat, la météorologie et l’hydrologie pour les zones cibles et les capacités sont renforcés afin de produire des données fiables, nécessaires au suivi et à l’analyse des phénomènes hydro-climatiques ;

· Extrant 1.2: Développer un système d’information intégré produisant des informations climatiques et générer les produits nécessaires à l’identification des risques liés aux changements climatiques (ex. des cartes identifiant les zones de risques, de vulnérabilité, etc.) ;

· Extrant 1.3: Une plateforme de partage des informations est mise en place pour soutenir la gestion des risques climatiques et la planification pour une adaptation à long terme ;

Composante 2 :

. Extrant 2.1: Au moins 100 hectares de plantations de mangroves sont gérés de manière durable afin de restaurer cet écosystème d’une importance capitale en tant que moyens de subsistance (ex. ostréiculture) et de réduire les méfaits de la houle et de l’érosion côtière ;

. Extrant 2.2: forêts communautaires à usages multiples résilientes aux changements climatiques testées au niveau des jardins maraichers des Niayes pour protéger les cultures contre l’érosion éolienne et prévenir l’empiètement par les dunes de sable ;

· Extrant 2.3: Au moins 10 groupements communautaires, en particulier pour améliorer la résistance aux chocs climatiques à travers des activités agro-pastorales et agro-forestières et des pratiques de gestion durable de l’eau dans les rizières ;

Composante 3 :

· Extrant 3.1: Les Conseils communaux / départementaux et les services techniques décentralisés ont les capacités nécessaires pour soutenir les communautés à mettre en œuvre des activités d’adaptation ;

· Résultat 3.2: Les avantages des solutions d’adaptation mises en œuvre sont suivis et partagés avec les responsables gouvernementaux, les communautés cibles et les partenaires afin de leur faire part des résultats du projet et de les informer sur les opportunités de reproductibilité.

Plus précisément, cela inclut l’amélioration ou le renforcement de la gestion des sols et de l’écosystème face aux aléas climatiques qui prévalent dans ces deux domaines, en particulier à travers:

(i) une bonne prévision climatique et une diffusion/utilisation efficace des informations sur le climat;

(ii) un renforcement des capacités des services techniques déconcentrés, des dirigeants/décideurs locaux, des communautés locales et des individus;

(iii) une meilleure évaluation de la vulnérabilité au changement climatique et des effets de l’adaptation; et enfin,

(iv) la démonstration, l’adoption autonome et la promotion de solutions ou de technologies d’adaptation permettant de réduire les risques liés au changement climatique dans les régions des Niayes et de la Casamance.

Contexte organisationnel

Le projet est exécuté conformément aux procédures et à la modalité « Exécution Nationale- NIM » du PNUD. La Direction des Eaux, Forêts, Chasses et de la Conservation des Sols (DEFCCS) du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable (MEDD) est l’agent d’exécution. À cette fin, la DEFCCS travaille en étroite collaboration avec les différents services techniques, dont ceux en charge de la météorologie nationale, de l’agriculture, de l’élevage, de l’hydraulique, de la pêche, de l’économie et des finances, de la recherche scientifique, de la communication, des femmes et de la décentralisation, et les autorités administratives décentralisées (gouverneurs, préfets et bureaux techniques), les services en charge de la communication (médias), les organisations non gouvernementales (ONG) pour la mise en œuvre des activités au niveau local.

Le cadre institutionnel du projet est établi comme suit :

· Un comité de pilotage du projet (CP) : présidé par Le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable ou son délégué, chargé de prendre des décisions relatives à la gestion du projet. Le CP rassemble des représentants du Ministère de l’Economie et des Finances, du PNUD, des ministères techniques concernés et les représentants de toutes les autres parties prenantes. Le secrétariat est assuré par l’Unité de Gestion du Projet. Le CP joue un rôle essentiel dans le suivi et l’évaluation en assurant la qualité des procédures et des produits, et en utilisant les évaluations pour une amélioration de la performance, la responsabilisation et l’apprentissage. Il veille à ce que les ressources nécessaires soient engagées et tranche tous les litiges pouvant naitre dans le projet et trouve une solution à tous les problèmes avec des organismes externes.

· Une Unité de Gestion du Projet (UGP) basée à Dakar, responsable de la mise en œuvre du projet dans son intégralité. L’UGP sera chargée de la gestion technique, administrative et financière quotidienne du projet. Elle mettra en place, coordonnera la collaboration avec l’agent d’exécution, la DEFCCS, et les autres ministères techniques impliqués dans la réalisation. Elle est responsable de la production de tous les documents et rapports liés au projet (rapports financiers et état d’avancement, le plan de travail, les budgets et les rapports de recherche, etc.). Elle assure le secrétariat du CP.

· Comités régionaux de suivi (CRS) : sont responsables des services de consultance et de la coordination régionale, y compris la coordination avec d’autres projets en cours, et ce, conformément au contexte régional, pour une bonne exécution du projet. Ce comité est présidé par le gouverneur et comprend des représentants des autorités administratives compétentes, des dirigeants locaux et les services techniques, ainsi que les membres du Comité Régional Changement Climatique (COMRECC) et le Groupe de Travail Pluridisciplinaire (GTP) régional.

Le Volontaire ONU fait partie intégrante de l’équipe du PRGTE qu’il représente dans les différentes régions administratives et les localités où le projet intervient. A cet effet, en partenariat avec l’Inspecteur des Eaux et Forêts, il est chargé de :

· Assurer la coordination et le suivi de la mise en œuvre des activités confiées aux différents partenaires ayant conclu un protocole de partenariat avec l’UGP /PRGTE en renforçant les synergies d’action ;

· Prendre part sur le terrain à la réalisation des activités entreprises par les partenaires ;

· Veiller à la régularité de la production des rapports trimestriels, annuels et périodiques des partenaires ;

· Se présenter et proposer des activités au moment des ateliers de planification en rapport avec les partenaires de la zone d’intervention du VNU ;

· Participer à la mobilisation de toutes les parties prenantes, à l’animation, à l’éducation, l’information et la sensibilisation, la formation des populations locales pour toutes les activités du PRGTE en harmonie avec les points focaux désignés par les partenaires signataires et dans le respect des protocoles liant le PRGTE aux organismes, services et agences ;

· Améliorer la visibilité des actions du PRGTE à travers les visites de proximité, les réunions villageoises, l’organisation de rencontres et foras, les émissions radiophoniques et/ou télévisuelles, les journées bref dans les différents médias et supports de communication disponibles ;

· Contribuer à la promotion du genre dans les activités du PRGTE en identifiant les besoins exprimés par les personnes vulnérables bénéficiaires du projet pour les relayer à la coordination du PRGTE et aux partenaires concernés par l’action ;

· Soutenir et coordonner la planification régionale et l’élaboration du PTBA régional en vue de l’élaboration des PTBA du projet ;

· Contribuer localement au suivi-évaluation des activités du PRGTE : collecte et remontée des fiches de suivi, des rapports d’activités des partenaires, identification des risques et facteurs de blocages (ou contraintes), évaluation de la mise en œuvre des activités sous la supervision de l’Expert en Suivi et Evaluation, etc.

En plus de ce qui précède, les Volontaires des Nations Unies sont censés :

· Renforcer leurs connaissances et compréhension du concept du volontariat en lisant la documentation mise à disposition par le programme VNU, les publications externes et prendre activement part aux activités du programme VNU, par exemple s’impliquer dans les activités commémoratives de la Journée internationale des Volontaires (JIV), le 5 décembre.

· Se familiariser et développer toute forme de volontariat traditionnel et/ou local au niveau du pays d’accueil.

· Refléter le type et la nature des actions volontaires qu’ils entreprennent, y compris leur participation dans les réflexions substantielles.

· Contribuer à la rédaction des articles sur les expériences de terrain à soumettre pour la publication du programme VNU/ site web, bulletin et notes de presse, etc.

· Contribuer au Programme d’accueil des Volontaires des Nations Unies nouvellement arrivés dans le pays d’affectation.

· Promouvoir ou conseiller les groupes locaux dans l’utilisation des volontaires en ligne ou encourager les individus et les organisations à utiliser les services de volontaires en ligne quand cela est techniquement possible.

15. Résultats attendus

· La coordination et le suivi des activités du PRGTE au niveau régional sont mieux assurés ;

· Les actions du PRGTE au niveau régional sont bien visibles et profitent aux communautés bénéficiaires ;

· Les communautés se mobilisent et participent activement à la mise en œuvre des activités du projet ;

· Les élus locaux, les communautés et les ménages sont capables d’identifier et/ou de mettre en œuvre des options d’adaptation en vue de réduire les risques liés au changement climatique.

· Le ou les impacts du PRGTE sont ressentis au niveau local et communautaire ;

Promotion du volontariat

(Le /la VNU contribuera aussi aux activités de l’unité de terrain du Programme VNU. Un des résultats attendu est : un rapport sur les résultats concernant le volontariat pour la paix et le développement pendant l’affectation, comme par exemple le nombre de volontaire mobilisés et participation aux activités du Programme VNU et contribution au développement des capacités.

Avoir le diplôme de baccalauréat + trois ans de formation

Savoir utiliser et être confortable dans l’environnement des logiciels suivants : word – excel – powerpoint, etc.

Etre diplômé des Ecoles de formation avec les spécialisations suivantes : agriculture – foresterie – élevage et pêche – socio-économie – sociologie – hydrologie et météorologie, etc.

Au moins cinq (5) ans d’expérience de terrain dans le développement communautaire, la gestion de projets dans le secteur de l’environnement, ou autres projets similaires.

Le candidat doit montrer qu’il possède une expérience de développement dans l’encadrement des populations rurales en général à travers les projets et programmes de développement, notamment dans le secteur de l’environnement en particulier les changements climatiques (adaptation et atténuation).

Le/la candidat (e) est capable de bien s’exprimer oralement en français et écrire des rapports de compte rendu ou d’activités irréprochables. La compréhension de l’anglais est un plus.

Le candidat a les capacités s’exprimer et dialoguer dans la langue vernaculaire (ou locale) de sa zone d’affectation (wolof, pulaar, diola, socé, mandingo, etc.).

Domaine d’expertise additionnelle requis : Développement communautaire, gestion, résilience au changement climatique

United Nations Volunteers is an equal opportunity programme which welcomes applications from qualified professionals. We are committed to achieving diversity in terms of gender, nationality and culture.

United Nations Volunteers reserves the right to select one or more candidates from this announcement. We may also retain applications and consider candidates applying to this opening for other openings with United Nations Volunteers with similar assignment description, experience and educational requirements.

Contract Duration: 24 months
Coordonnées du recruteur pour cette offre

Cliquez sur le lien suivant pour postuler
https://uncareer.net/vacancy/community-develop-prgte-137477

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.