Sur le fil
Accueil / Le Blog / Devenir riche ne s’apprend pas à l’école !!!

Devenir riche ne s’apprend pas à l’école !!!

Devenir riche ne s’apprend pas à l’école !!!

Le système d’éducation est conçu pour produire de bons employés et non des employeurs. Seul un sens des affaires aiguisé, et non un savoir académique, procure une sécurité financière

Qu’enseignent les parents riches à leurs enfants? C’est la question posée par Robert Kiyosaki, auteur du best-seller Père riche, père pauvre. «J’ai eu deux pères, explique-t-il, l’un riche et l’autre pauvre.» De ces deux pères, il reçoit une double culture: scolaire par son père biologique, un intellectuel qui mène une carrière de directeur du Ministère de l’éducation d’Hawaii; entrepreneuriale par son père spirituel, un self-made-man qui a déserté les bancs de l’école très tôt. Si les deux pères rencontrent chacun un vif succès dans leurs carrières respectives et gagnent tous deux des revenus substantiels, celui qui détient les diplômes éprouvera tout au long de sa vie des difficultés financières alors que le père «inculte» s’enrichira au point de devenir l’une des premières fortunes d’Hawaii. Comment expliquer ce paradoxe?

Les écoles ont été conçues pour produire de bons employés et non des employeurs

Kiyosaki explique que «les écoles ont été conçues pour produire de bons employés et non des employeurs, raison pour laquelle elles se concentrent sur les aptitudes scolaires et professionnelles et abandonnent aux parents le soin d’éclairer leurs enfants sur les questions d’argent.» Peu de pères inculquent cependant des connaissances financières à leurs progénitures, l’argent étant en outre considéré dans certaines familles comme un vice ou un objet de honte. En négligeant cet aspect de leur éducation, ils font de leurs enfants des «esclaves de l’argent».

Maitriser sa destinée

Devenus adultes, ceux-ci sont à la merci d’un employeur qui peut à tout moment les licencier. Leur savoir académique ne les met par ailleurs pas à l’abri des problèmes d’argent. Kiyosaki rappelle que seule une éducation financière, axée sur l’entreprenariat, permet de devenir maître de sa destinée. Il cite l’exemple de nombreux médecins, avocats ou ingénieurs très instruits qui, faute d’avoir appris à mettre l’argent à leur service, se débattent toute leur vie avec des problèmes financiers. «Il est risqué de nos jours, résume-t-il, de dire simplement à un enfant: «étudie avec ferveur puis cherche-toi un emploi.» À l’heure actuelle, l’enfant a besoin d’un enseignement plus raffiné, plus subtil.» L’enseignement précisément dispensé par ces «papas riches». Quel est-il?

« Ce qui compte dans la vie, ce n’est pas combien d’argent vous gagnez, mais les sommes que vous parvenez à conserver »

Lorsqu’un «père pauvre» conseille à son enfant d’étudier avec application afin de décrocher un emploi stable au service d’une bonne entreprise, le «père riche» prodigue le même conseil afin que son enfant trouve une bonne entreprise à acheter. De la même manière, le «père pauvre» apprend à son enfant à écrire un CV impressionnant pour décrocher un emploi alors que le «père riche» lui apprend à rédiger de solides projets financiers pour créer des emplois. Le «père pauvre» interdit les discussions d’argent à table, le «père riche» les encourage. Quand le «père pauvre» répète à longueur de journée «nous n’avons pas les moyens d’acheter cela», le «père riche» interroge: «quelle action devons-nous entreprendre pour avoir les moyens d’acheter cela?»

«Papa riche» contre «papa pauvre»

«Ce qui compte dans la vie, note Kiyosaki, ce n’est pas combien d’argent vous gagnez, mais les sommes que vous parvenez à conserver.» Car un emploi n’est qu’une solution à court terme pour un problème à long terme. Les factures ne tombent-elles pas invariablement à la fin de chaque mois? Pour sortir de la foire d’empoigne, soit le procédé qui consiste à travailler comme un forcené toute sa vie afin de payer son hypothèque, ses taxes, ses impôts et ses cartes de crédit, il est nécessaire d’investir dans des actifs qui génèrent des revenus. «Un des problèmes inhérents au milieu scolaire est que vous devenez ce que vous étudiez. Si vous étudiez la cuisine, le droit ou la mécanique, vous devenez cuisinier, avocat, mécanicien et ainsi de suite. Vous consacrez par la suite toute votre vie active à l’entreprise d’un autre et contribuez ainsi à enrichir cette personne.» Or, pour atteindre la sécurité matérielle, il est impératif de s’occuper de ses propres affaires. «Conservez votre emploi de jour et mettez-vous à acheter des actifs, conseille Kiyosaki. Souvenez-vous que les pauvres et la classe moyenne travaillent pour l’argent, les riches font en sorte que l’argent travaille pour eux.»

Ce n’est que parce que leur source de revenus ne provient pas uniquement de leur salaire et ne dépend pas entièrement de leur employeur que les «papas riches» ne craignent pas les périodes d’inactivité et de chômage. Qu’ils aient un emploi ou pas, cela n’a aucune incidence sur leurs avoirs, qui continuent de croître d’eux-mêmes. Un peu comme la graine qui, arrosée pendant des années, se transforme en arbre solide ne nécessitant plus vos soins pour grandir. Ses racines sont suffisamment profondes et il peut désormais vous procurer de l’ombre. Cette pensée n’est pas sans rappeler celle de Benjamin Franklin. En 1748 déjà, l’inventeur du paratonnerre prodiguait le conseil suivant dans son Advice to a Young Tradesman: «Rappelle-toi que l’argent est doté de puissance génitale et de fécondité et que les rejetons peuvent engendrer à leur tour et ainsi de suite.»

« Les pauvres et la classe moyenne achètent à la sueur de leur front des éléments de passifs qui n’ont pas de réelle valeur dès qu’ils les ramènent chez eux »

L’erreur classique en matière d’investissement? Considérer son toit comme un actif. «Une propriété vient chercher de l’argent dans votre poche», rappelle Kiyosaki. Outre l’hypothèque, les taxes foncières et l’impôt sur la valeur locative, une maison coûte cher à l’entretien. Or, un actif par définition met de l’argent dans votre poche sans qu’un quelconque effort de votre part soit nécessaire. L’entreprise qui ne requière pas votre présence, des droits d’au­teur, un portefeuille d’actions ou encore des biens immobiliers qui génèrent des revenus locatifs sont des exemples d’authentiques actifs.

Autre conseil prodigué par les «papas riches»: en finir avec la ­fièvre acheteuse. «Les pauvres et la classe moyenne achètent à la sueur de leur front des éléments de passifs qui n’ont pas de réelle valeur dès qu’ils les ramènent chez eux», explique Kiyosaki. A ­la première augmentation de salaire, ils cèdent à la tentation d’acheter un complet Armani ou une nouvelle voiture à crédit. Mais «quand une personne achète un objet de luxe à crédit, il arrive souvent qu’elle éprouve tôt ou tard de l’amertume à l’égard de cet objet car la dette qui en résulte devient rapidement un fardeau financier» A l’inverse, utiliser son intelligence financière pour acquérir des biens procure un sentiment indicible de fierté. Kiyosaki cite l’exemple de son épouse qui patienta quatre ans avant de s’acheter une Mercedes, soit le temps nécessaire pour que son portefeuille de placements immobiliers génère suffisamment d’argent pour payer le véhicule.

« Faire que l’argent travaille pour soi »

Enfin, les «papas riches» apprennent à leurs enfants que les plus grandes pertes résultent souvent d’occasions manquées. Ils leur expliquent qu’immobiliser la totalité de leur capital dans leur maison les prive de la force de frappe financière nécessaire lorsqu’une bonne affaire se profile à l’horizon. Une personne avisée garde par conséquent toujours en réserve une somme d’argent qu’elle investit à bon escient, dès qu’une opportunité alléchante surgit.

Amanda Castillo
Source : http://www.letemps.ch/…/08/20/devenir-riche-ne-s-apprend-ec…

Ne Soyez pas avare, Partagez avec ces jolies boutons en dessous .... Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+1Share on LinkedIn1

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :