Sur le fil
Accueil / demarches / conseils / Une chasseuse de tête révèle sa méthode pour décrocher un job

Une chasseuse de tête révèle sa méthode pour décrocher un job

 

Non, trouver job n\'est mission impossible, condition suivre guide étapes.

Non, trouver un job n’est pas mission impossible, à condition de suivre ce guide en six étapes. @shutterstock

CONSEILS // Et si vous partiez à la “chasse de votre prochain job” ? Solenn Thomas, chasseuse de tête, a une méthode éprouvée… dans l’autre sens : décrocher le bon candidat pour le bon job ! Mais au final, c’est le même travail de benchmarking, de ciblage et de communication !

Le chasseur de tête exerce un métier de détective pour trouver les meilleurs candidats sur des postes stratégiques : cadres dirigeants ou experts. Il s’intéresse rarement aux jeunes de moins de 30 ans, préférant recruter des profils expérimentés. Peu probable donc de recevoir un coup de fil pour vous voir offrir le job de vos rêves. En revanche, qu’est-ce qui vous empêche de vous inspirer de leurs pratiques pour vous-même décrocher le poste dont vous rêvez ? Voici les 6 étapes à suivre.

1 – BIEN CONNAÎTRE VOS BESOINS

La première mission du chasseur de tête consiste à bien définir le besoin de son client. Faites de même. Posez-vous les bonnes questions :
– Quels métiers ou secteurs vous intéressent en premier lieu ? Quels sont les titres de poste et/ou de mission correspondant ?
– Dans quel environnement souhaitez-vous travailler ? Des grands groupes, où chacun a un rôle bien défini (profil analytique) ? Des petites structures plus agiles au joyeux “bordel” organisé (profil créatif) ? Avec des règles du jeu claires ou au contraire dans des environnements en forte transformation ?
– Au service de quoi souhaitez-vous œuvrer ? Y a-t-il des causes qui vous appellent ? Des sujets d’actualité qui vous interpellent ? Essayez au maximum de les identifier pour trouver ensuite des organisations en correspondance.

2 – FAITES VOTRE “TARGET LIST” D’ENTREPRISES

Le chasseur de tête liste 20 à 30 entreprises susceptibles d’avoir les bons candidats. Dans le cas d’une recherche d’emploi, trouvez les entreprises qui vous intéressent. Faites des requêtes dans les annuaires d’entreprises du type Kompass et sélectionnez les sociétés selon leur zone géographique, leur secteur, leur taille.

à lire aussi

  • ARTICLE

    Avoir la bonne attitude pour se faire embaucher par une startup

Si vous avez des affinités avec une thématique, par exemple les produits de luxe, ne vous contentez pas d’identifier les plus grandes entreprises que tout le monde connaît. Questionnez-vous sur les organisations qui sont en lien avec les grands acteurs pour réaliser une cartographie de tous les acteurs, petits comme grands.

Allez dans les salons professionnels ou visitez des blogs et magazines en ligne dans les domaines qui vous intéressent pour dénicher de nouvelles organisations. Allez chercher les entreprises de niche, plus confidentielles, ainsi que tous les acteurs de la filière : les fournisseurs, les prestataires (cabinets de conseil, laboratoires de recherche, médias…), les associations et fédérations du secteur.

3 – PRÉPAREZ VOTRE PITCH

Le chasseur de tête doit être capable de présenter l’opportunité professionnelle aux candidats de manière très percutante, à l’écrit comme à l’oral. Il a quelques minutes seulement pour convaincre un candidat en poste de venir en entretien pour examiner une nouvelle opportunité professionnelle. Faites de même.

à lire aussi

  • ARTICLE

    Jeune diplômé : les clés pour décrocher votre premier job

Vous aussi, vous devez être capable de parler de vous en 3 minutes. Le bon pitch reprend les quelques éléments-clés vous concernant : vos compétences, vos talents et vos motivations que vous illustrez avec des exemples très simples. Allez chercher dans vos réalisations, vos loisirs, les feedbacks de vos proches. Faites des phrases courtes et claires.

4 – AIGUISEZ VOTRE TIR

Votre CV doit avoir une photo, un titre, une grande lisibilité. Surtout, il doit donner envie à votre interlocuteur de vous rencontrer.
N’écrivez pas nécessairement de lettre de motivation mais plutôt un email très court de 10 phrases : qui vous êtes (3 phrases), ce qui motive l’envoi de votre candidature (3 phrases), votre demande de manière très directe (“Je souhaite vous rencontrer selon votre meilleure convenance” – 1 phrase), une formule de politesse (inutile d’en faire 3 tonnes) et le tour est joué.

à lire aussi

  • ARTICLE

    Les langues à mettre sur votre CV pour appâter les recruteurs

Sortez des sentiers battus, des phrases prêtes à l’emploi ; essayer d’écrire un email qui vous ressemble et qui donne envie de vous rencontrer. Faites des phrases très courtes pour que l’email soit bien rythmé. Lisez-le à voix haute et vérifiez qu’il soit mélodieux.

5 – APPROCHEZ DIRECTEMENT VOTRE PROCHAIN BOSS !

Trouvez les coordonnées directes du directeur ou manager décideur sur votre recrutement. Pour cela, allez chercher son nom sur des réseaux comme LinkedIn ou passer directement par le standard en précisant votre demande. Il est impératif pour vous d’obtenir le nom du décideur et son adresse email. Envoyer votre email à un moment où le décideur reçoit moins d’emails : tard le soir, tôt le matin, durant le weekend. Évitez d’envoyer une candidature spontanée un mardi à 15h ou un jeudi matin, la probabilité d’être ouverte sera faible…

6 – APPELEZ, APPELEZ ET RAPPELEZ JUSQU’À OBTENIR UNE RÉPONSE !

Vous devrez sûrement relancer l’entreprise pour obtenir une réponse. Ceci est tout à fait normal. Attendez une semaine puis relancez tous les 2 jours en alternant appels téléphoniques et envoi d’emails. Mieux vaut être trop insistant que pas assez… ténacité et motivation se démontrent plus qu’elles ne se décrètent !

Qui est l’auteur ? Solenn Thomas est chasseuse de tête de cadres dirigeants et hauts potentiels. Elle a créé en 2014 Eklore. Cette association vise à faire éclore les talents et accompagner la mutation sociétale du travail. Elle a organisé en octobre le 1er Festival Eklore Talents et Emploi à la Cité des Métiers de Paris, avec la participation de nombreux acteurs de l’emploi.

Par Solenn Thomas, chasseuse de têtes
Les Echos
Ne Soyez pas avare, Partagez avec ces jolies boutons en dessous .... Share on Facebook1Tweet about this on Twitter0Share on Google+1Share on LinkedIn1

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :